Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 21e Semaine: Jeudi

Texte de l'Évangile (Mt 24,42-51): «Veillez donc, car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra (...). Tenez-vous donc prêts, vous aussi: c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra». «Veillez donc, car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra. Vous le savez bien: si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n'aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi: c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra. Quel est donc le serviteur fidèle et sensé à qui le maître de maison a confié la charge de son personnel pour lui donner la nourriture en temps voulu? Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera à son travail! Amen, je vous le déclare: il lui confiera la charge de tous ses biens. Mais si ce mauvais serviteur se dit: ‘Mon maître s'attarde’, et s'il se met à frapper ses compagnons, s'il mange et boit avec les ivrognes, son maître viendra le jour où il ne l'attend pas et à l'heure qu'il n'a pas prévue: il se séparera de lui et le mettra parmi les hypocrites; là il y aura des pleurs et des grincements de dents».

Illustration: P. Lluís Raventós Artés

Aujourd'hui le Seigneur nous parle de quelque chose auquel nous avons tendance à ne pas penser… Nous nous demandons souvent : qu'est-ce que je veux ? Et, cependant, il est plus fondamental de se demander : pour quoi est-ce que je vis ? quel est mon destin ? Ne nous endormons pas ! Ne disons pas "mon Seigneur tarde", parce que pour tous le Seigneur finit par arriver.

- Les "larmes et les grincements de dents" représentent le danger de s'endormir et d'arriver en retard. Dans un monde éloigné de Dieu et, par conséquent de l'amour, on a froid, au point de provoquer le "grincement de dents".