Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 31e Semaine: Jeudi

Texte de l'Évangile (Lc 15,1-10): «Je vous le dis: C'est ainsi qu'il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de conversion». Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l'écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui: «Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux!».

Alors Jésus leur dit cette parabole: «Si l'un de vous a cent brebis et en perd une, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu'à ce qu'il la retrouve? Quand il l'a retrouvée, tout joyeux, il la prend sur ses épaules, et, de retour chez lui, il réunit ses amis et ses voisins; il leur dit: ‘Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue!’. Je vous le dis: C'est ainsi qu'il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de conversion.

»Ou encore, si une femme a dix pièces d'argent et en perd une, ne va-t-elle pas allumer une lampe, balayer la maison, et chercher avec soin jusqu'à ce qu'elle la retrouve? Quand elle l'a retrouvée, elle réunit ses amies et ses voisines et leur dit: ‘Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé la pièce d'argent que j'avais perdue!’. De même, je vous le dis: Il y a de la joie chez les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit».

Illustration: P. Lluís Raventós Artés

Aujourd'hui, la « parabole du mouton perdu » transmet le confort et l'espoir. Qui n'a pas été perdu dans cette vie ? Il est surprenant que les pharisiens et les scribes se soient plaints (dans le dos de Jésus) en disant : « Celui-ci accueille les pécheurs ». Apparemment, ces hommes n'auraient jamais été perdus. Jamais! Ils étaient parfaits! C'est ce qu'ils ont cru ; parce qu'en réalité ils font pitiés : ils étaient aveugles, méprisant les autres, toujours avec un visage de funérailles ...

-Le second nom de Dieu est "la miséricorde". Quel grand confort de savoir que mon Père-Dieu me sourit toujours, surtout quand je reviens vers Lui !