Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 33e Semaine: Samedi

Texte de l'Évangile (Lc 20,27-40): Des sadducéens -ceux qui prétendent qu'il n'y a pas de résurrection- vinrent trouver Jésus, et ils l'interrogent... Des sadducéens -ceux qui prétendent qu'il n'y a pas de résurrection- vinrent trouver Jésus, et ils l'interrogent: «Maître, Moïse nous a donné cette loi: ‘Si un homme a un frère marié mais qui meurt sans enfant, qu'il épouse la veuve pour donner une descendance à son frère’. Or, il y avait sept frères: le premier se maria et mourut sans enfant; le deuxième, puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept: ils moururent sans laisser d'enfants. Finalement la femme mourut aussi. Eh bien, à la résurrection, cette femme, de qui sera-t-elle l'épouse, puisque les sept l'ont eue pour femme?».

Jésus répond: «Les enfants de ce monde se marient. Mais ceux qui ont été jugés dignes d'avoir part au monde à venir et à la résurrection d'entre les morts ne se marient pas, car ils ne peuvent plus mourir: ils sont semblables aux anges, ils sont fils de Dieu, en étant héritiers de la résurrection. Quant à dire que les morts doivent ressusciter, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur: le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, le Dieu de Jacob. Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants; tous vivent en effet pour lui».

Alors certains scribes prirent la parole pour dire: «Maître, tu as bien parlé». Et ils n'osaient plus l'interroger sur quoi que ce soit.

Illustration: Francesc Badia

Aujourd'hui, à nouveau les saducéens sont en train de harceler le Maître. Le cas qu'ils lui présentent est ridicule : une femme avait eu 7 maris car ils mouraient les uns après les autres sans lui laisser d'enfants… (tu as déjà vu une dame veuve 7 fois ?). Question finale : "De qui sera-t-elle la femme dans la résurrection ?" Est-ce que ça ne te semble pas une question stupide ? Ces saducéens étaient vraiment égarés. C'est ce qui arrive quand on n'a pas l'espérance définitive de la résurrection : rien ne vaut la peine !

- Posons une question plus intéressante : s'il n'y a pas de résurrection, alors, quelle sorte de Dieu avons-nous ? La réponse de Jésus : "Ce n'est pas un Dieu des morts mais des vivants".