Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

L'Evangile d'aujourd'hui
pour la famille

L’évangile d’aujourd’hui + dessin + catéchèse

2 Octobre: Les Saints Anges Gardiens

Télécharger
Texte de l'Évangile (Mt 18,1-5.10): Jésus appela un petit enfant; il le plaça au milieu d'eux, et il déclara: «Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits, car, je vous le dis, leurs anges dans les cieux voient sans cesse la face de mon Père qui est aux cieux». Les disciples s'approchèrent de Jésus et lui dirent: Qui donc est le plus grand dans le Royaume des cieux?». Alors Jésus appela un petit enfant; il le plaça au milieu d'eux, et il déclara: «Amen, je vous le dis: si vous ne changez pas pour devenir comme les petits enfants, vous n'entrerez point dans le Royaume des cieux. Mais celui qui se fera petit comme cet enfant, c'est celui-là qui est le plus grand dans le Royaume des cieux. Et celui qui accueillera un enfant comme celui-ci en mon nom, c'est moi qu'il accueille. Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits, car, je vous le dis, leurs anges dans les cieux voient sans cesse la face de mon Père qui est aux cieux».

Illustration: Pili Piñero

Aujourd'hui, nous célébrons la mémoire des Anges Gardiens. Depuis longtemps, pharisiens et saducéens entretenaient de violentes disputes sur leur existence; les saducéens soutenaient qu'ils n'étaient que chimères, imagination des ignorants. Jésus saisit l'occasion de mettre les choses au point. L'existence des anges «est une vérité de foi.

—Moi, Jésus, jamais je n'ai douté de l'existence des anges. Tout petit, ma mère me la rappelait chaque matin quand je partais à l'école. Mon ange gardien a guidé tous mes pas. Fréquemment je lui demande son aide et jamais il ne m'a fait défaut.

Le nouveau site Web evangeli.net est maintenant disponible. Nous espérons que la diffusion du contenu et les nouvelles fonctionnalités faciliteront la lecture et la méditation de l'Évangile et de son commentaire.