Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Thèmes evangeli.net

Jésus dans les Mystères du Rosaire

Mystères Joyeux
  1. L'enfant perdu et retrouvé dans le Temple

"L'enfant perdu et retrouvé dans le Temple" est le "mystère surprise" : Jésus déconcerte tout le monde. Pour la première fois, il démontre de manière consciente et explicite – par des paroles et des actes – sa condition divine… De plus, pour Lui, ce furent des journées de joie indescriptible : c'était la première fois qu'Il entrait dans le Temple, la maison de son Père, en étant conscient de cela. Et d'ailleurs, il y est resté… (introduction : Jésus-Christ, Dieu véritable et homme véritable).

***

 

1er) « Ses parents allaient tous les ans à Jérusalem pour la fête de la Pâque » (Lc 2,41). La famille de Jésus – la Sainte Famille – est pratiquante et respecte la Loi (développement :  Quelle religion apprise et pratiquée Jésus?). Sa piété généreuse attire l'attention : Sainte Marie et saint Joseph – tous les deux, le couple – montaient sans faute tous les ans à ce rendez-vous au temple (les femmes et les enfants n'y étaient pas obligés). Cela impliquait de "renoncer à l'Enfant" en le laissant quelques jours – presque deux semaines – avec une personne de confiance à Nazareth : pour la Vierge c'était un sacrifice énorme !

 

2ème) « Quand il eut douze ans, ils montèrent à la fête, comme d'habitude » (Lc 2,42). On comprend la joie de Marie : enfin, toute la famille unie pouvait voyager et elle n'avait pas besoin de se séparer de son Fils pour aller à Jérusalem. Et, pourtant…

Comme nous pouvons le voir, Jésus a été éduqué dans la religion de ses parents. C'est logique ! Quelle langue parlait Jésus ? Celle de ses parents. Quelle nourriture ? Celle de ses parents. Quelle religion ? Celle de ses parents. Des années plus tard, Jésus-Christ fonda une autre religion (développement : Fidélité et nouveauté dans la doctrine de Jésus). Mais, est-ce qu'Il aurait pu fonder le christianisme si ses parents ne lui avaient pas appris à prier comme le juif qu'Il était ?

 

3ème) « L'enfant Jésus resta à Jérusalem sans que ses parents s'en rendent compte » (Lc 2,43). Que ses parents ne le remarquent pas n'est pas un mystère : ce que nous ne comprenons pas c'est pourquoi Jésus ne les as pas prévenus. Evidemment, Il était conscient de ce qu'Il faisait et de ce qui se passait… Pourquoi l'a-t-Il fait ? C'est un grand mystère. En tout cas : Il est Dieu et – c'est la première fois­  qu'Il se trouve dans sa "Maison", en toute connaissance de cause (développement : « Le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi »). Et Il en profite pour "grandir" en posant des questions et en discutant avec les docteurs de la Loi. Un enfant au milieu des docteurs (cf. Lc 2,46) : c'est quelque chose d'inédit et d'inimaginable ! Il est Dieu et, cependant, sa Très Sainte Humanité se fraye un chemin vers la maturité. Il veut avancer comme n'importe quel autre humain : en priant, en étudiant, en posant des questions

 

4ème) « Au bout de trois jours ils le trouvèrent dans le Temple » (Lc 2,46). Tout en restant dans le mystère, nous commençons à entrevoir l'ombre du Sépulcre : Marie va faire l'expérience de ce que c'est que de vivre avec "Jésus-Christ disparu" pendant trois jours (développement : Jésus, le "vrai Jonas"). Elle le découvrirait petit à petit, mais Dieu la préparait déjà pour le moment où "l'heure" serait venue (cf. Jn 12,23 , Mt 26,45).

 

5ème) « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela? Vois comme ton père et moi nous avons souffert en te cherchant » (Lc 2,48). Ce sont des paroles inestimables de la Vierge! Nous nous sentons si proche d’Elle (développement : Fils de Dieu: toute notre confiance dans la divine providence) : Marie, folle d’angoisse, Marie déconcertée, Marie questionnant – presque en se plaignant-, Marie toujours délicate se préoccupe de son mari (Joseph aussi a vécu une grande inquiétude!). Pourquoi Jésus, pourquoi? (développement : Dieu ne se prête pas à des expérimentations).

 

6ème) « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché » (Lc 2,49). Lorsque Marie demande “pourquoi”, Jésus lui répond par une autre question. En réalité, c’est comme s’il lui répondait: “Vous n’avez pas le droit de me poser cette question”... De surprise en étonnement! Probablement, cela s’explique parce que nous pouvons tout demander à Dieu, tout excepté le “pourquoi” des choses. De toutes façons, Dieu n’agit pas “pour un oui”, Il n’agit pas de façon arbitraire. Il a ses raisons, et il nous faut accepter que « Mes pensées ne sont pas vos pensées, et mes chemins ne sont pas vos chemins » (Is 55,9). Les saints ont saisi cette intuition, au travers d’un chemin de prière, d’étude et de questionnement... (développement : Où était Dieu ?).

 

7ème) « Ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occuper des affaires de mon Père? » (Lc 2,49). Voilà une raison de taille, voilà le point de vue du Fils divin: le Père. La volonté du Père! « Apprends-nous à prier » (Lc 11,1), lui avait-on demandé. « Priez ainsi: ‘Notre Père (…), que Votre volonté soit faite » (Mt 6,9-10), a-t-il répondu. Comme l’avait rappelé Benoît XVI, en tout état de cause: « Seul Dieu est Dieu » (développement : Les Saints Archanges Michel, Gabriel, Raphaël).

 

8ème) « Ils ne comprirent pas ce qu’Il leur disait » (Lc 2,50). Les mystères sont des mystères, bien qu’avec la prière persévérante, l’expérience et le temps, nos puissions les pénétrer. Ainsi il en advint pour Joseph et Marie: à ce moment-là, « ils ne comprirent pas ». Mais que firent-ils? Se taire, accepter et discerner... Tout demeura pareil: « Ils descendit avec eux pour aller à Nazareth et il leur était soumis » (Lc 2,51). Cependant, en réalité, tout ne fût pas pareil: « Sa mère gardait précieusement toutes ces choses en son cœur » (Lc 2,51). Sainte Marie—aux côtés de son époux— exerçait sa foi... Ainsi, Marie ne demanda plus “pourquoi”: ni aux noces de Cana de Galilée, ni au Calvaire... Marie accepta de devenir sa mère, sans demander pourquoi ! Laissons Dieu être Dieu ! (développement : Dieu "laisse faire" mais ne nous abandonne pas).