Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Thèmes evangeli.net

Jésus dans les Mystères du Rosaire

Mystères de Gloire
  1. La résurrection du Seigneur
    1. «Il n’est pas ici, il est ressuscité»

Les Mystères Glorieux sont le "point d'orgue nécessaire" de la vie de Notre Seigneur Jésus-Christ. Pourquoi ? Saint Paul nous donne la réponse : "Si le Christ n'est pas ressuscité, nos prédications sont alors vaines et notre foi elle aussi est vaine" (1Cor 15,14). Plus encore : nous serions "les plus misérables de tous les hommes" (1Cor 15,19) car, en prêchant quelque chose qui ne serait pas arrivé – nous serions "de faux témoins de Dieu" (1Cor 15,15).

Mais, en réalité, histoire et foi nous informent que le Christ est Ressuscité. Certains "le voient" ; d'autres "ne le voient pas". Que se passe-t-il ? En tout cas, il y a des "témoignages".

Le mystère de la Rédemption "est suspendu" à la Résurrection du Seigneur : sans Résurrection il n'y a pas de Rédemption. Alors, quelle force aurait – au-delà de la mort – le don de Jésus pour nous jusqu'à la mort si, après tout cela, Il restait mort ? Sa passion serait restée un simple geste de solidarité pour nous – les mortels -, mais n'apporterait pas de réponse à la vraie énigme : qu'en est-il de ma résurrection, de ma vie éternelle ? (si mon bonheur n'a pas de projection éternelle, alors ce bonheur est très partiel : en réalité ce n'est pas un bonheur authentique, mais un "passe-temps") (développement : « Jésus de Nazareth, le Crucifié? Il est ressuscité »).

Nous pouvons distinguer 4 groupes de personnes en fonction de leur réaction devant la Résurrection du Seigneur : 1. Les menteurs ; 2. "Les Apôtres des apôtres" ; 3. Les scientifiques ; 4. Les désespérés. Voyons comment ces groupes ont répondu aux questions suivantes : Comment puis-je trouver le Ressuscité ?  puis-je trouver le Ressuscité ?...

***

 

1er) "Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ?" (Lc 24,5). Bonne question ! C'est la question que deux anges posent aux femmes qui sont arrivées au sépulcre – à l'aube – pour embaumer le cadavre de Jésus.

Il y avait aussi là-bas les gardes que les chefs des prêtres avaient placé avec l'aide des romains : "Ils tremblèrent de peur et devinrent comme morts (…) Certains allèrent en ville et dirent aux chefs des prêtres tout ce qui était arrivé(Mt 28,4.11). Réunis avec les anciens, les chefs des prêtres leur donnèrent une grosse somme d'argent pour qu'ils disent : "Ses disciples sont venus dans la nuit et l'ont volé pendant que nous dormions" (Mt 28,13). Voilà où se trouvent ceux du premier groupe : les menteurs, ceux qui - enchaînés à leur mensonge – ont été témoins de la Résurrection, mais sont restés "morts pour toujours" dans leur propre tromperie.

Il y en a encore beaucoup de ce type : ils continuent à chercher des "raisons" parmi les morts pour nier le Christ vivant. Paradoxalement, sans trouver Jésus ils donnent raison au Christ ressuscité… "Vous êtes des témoins endormis ?", demande saint Augustin. Et il conclut : "Ruse misérable ! En inventant de tels bobards, vous mourez". Tous ces gens n'ont pas raison, ni en ce qui concerne le "comment" ni en ce qui concerne le "" (bien que leur contre-témoignage soit en partie utile pour nous : la réalité résiste à la tentative de la remplacer ; en essayant de le faire, ils coulent dans l'incohérence…)

 

2ème) "Il n'est pas iciIl est ressuscité (Lc 24,6), disent les anges. Nos premiers témoins de la Résurrection n'étaient pas endormis : au lever du jour, elles (Marie Madeleine, l'autre Marie, Salomé…) se sont rendues au sépulcre. Elles ont été témoins – au Calvaire – du tremblement de terre avec lequel la nature faisait ses adieux au Christ qui expirait et maintenant elles étaient témoins de l'autre "grand" tremblement de la terre avec lequel la nature saluait le Christ réapparu. Même les êtres du ciel les invitent à regarder à l'intérieur du sépulcre : "N'ayez pas peur (…). Venez voir l'endroit où on l'a mis" (Mt 28,5-6).

Elles étaient "apeurées" – c'est très compréhensible car on n'avait jamais vu ce qui était arrivé – "et éprouvaient une grande joie" car on n'avait jamais imaginé ce qui était arrivé – "elles coururent pour donner la nouvelle aux disciples" (Mt 28,8). Elles constituent le second groupe mentionné : "les apôtres des apôtres". (développement : « Vite, elles coururent porter la nouvelle aux disciples »). Que s'est-il passé en elles pour qu'elles réussissent à "le voir" ?...

 

3ème) "Tout à coup Jésus vint à leur rencontre et les salua. Elles s'approchèrent, s'agrippèrent à ses pieds et l'adorèrent" (Mt 28,9). Nous avons dit qu'il y a ceux qui "le voient" ; ceux qui "ne le voient pas"…

Bien entendu, voir Jésus est un don de Dieu, mais ce n'est pas tout ! (développement : « Personne ne sera déçu, tout comme les femmes qui se rendirent au sépulcre »). Alors, qu'est-ce qui est décisif pour "le voir" ? Dans les citations de l'Evangile, on remarque déjà deux détails importants sur le "commenta) ces femmes ("apôtres des apôtres") se préparent (se mettent en route) le plus tôt possible – au lever du jour (il y a là de l'amour : service, délicatesse, sollicitude pour le Seigneur) ; b) elles ont une énorme tendresse-empathie pour Jésus : elles n'ont pas hésité à se jeter aux pieds du Ressuscité pour l'adorer…  L'aphorisme "Dieu aide ceux qui se lèvent tôt" se réalise avec elles. Un thème clé apparaît ici : l'affection pour Lui, la confiance en Lui… qui débouchent à la foi (confiance) en Lui.

La FOI ? Un acte aussi décisif que la Résurrection ne mériterait-il pas un type de certitude plus "catégorique" ? La méditation sur les prochaines apparitions du Ressuscité  - comme on les raconte dans les Evangiles – nous donnera la réponse…