Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Thèmes evangeli.net

Jésus dans les Mystères du Rosaire

Mystères de Gloire
  1. La résurrection du Seigneur
    1. « Mon Seigneur et mon Dieu »

4ème) "Elles [les femmes] ont tout annoncé aux onze et à tous les autres (…). Et ils pensaient que tout ce qu'elles racontaient était un délire, et ils ne les croyaient pas (Lc 24,9.11). Voilà où sont les "scientifiques" ! Ils sont prêts à accepter seulement ce qu'ils peuvent toucher. Et, en effet, alors que les portes étaient fermées (le Ressuscité n'avait plus besoin qu'on lui ouvre les portes), Jésus arriva au milieu d'eux : "La paix soit avec vous" (Lc 24,36). Contrairement aux femmes saintes, ici Jésus-Christ a dû tout employer pour qu'ils "le voient" : il leur a montré les principaux signes de son identité – mains et pieds percés. Plus encore : "Touchez-moi" (Lc 24,39). Et plus encore : Il a mangé devant eux (Il n'avait plus besoin de manger, mais Il peut le faire car son corps ressuscité est un corps réel).

Les femmes s'étaient mises en marche – bien qu'elles n'aient pas imaginé trouver un Ressuscité ; eux étaient restés enfermés à la maison (comme une sorte de rencontre funèbre) : des attitudes très différentes avec des résultats également très différents ! Elles "le voient" tout de suite ; eux ne "le voient" qu'une fois que Jésus leur a apporté beaucoup de preuves. (Développement : « Marie Madeleine partit annoncer la nouvelle à ceux qui, ayant vécu avec lui. Ils refusèrent de croire »).

 

5ème) "Si je ne mets pas mon doigt dans cette marque de clous et ma main dans son flanc, je ne croirai pas" (Jn 20,25). Ce sont les paroles de Thomas, qui "n'était pas avec eux quand vint Jésus" (Jn 20,24) et à qui ils racontèrent qu'ils avaient vu le Seigneur. Dures paroles que celles du "scientifique" ! Est-ce que Jésus-Ressuscité les mérite ? Est-ce de cette manière qu'il faut "voir" le Ressuscité ?

 La patience de Dieu est inépuisable… Huit jours plus tard ils étaient tous ensemble, et avec Thomas ! A nouveau, alors que les portes étaient fermées (l'Evangile insiste là-dessus) Jésus se présente au milieu d'eux. Après leur avoir souhaité la paix, "Il dit à Thomas : - Approche ton doigt ici et regarde mes mains, et amène ta main et pose-là sur mon côté, et ne sois pas incrédule mais croyant" (Jn 20,27). Nous ne savons pas si Thomas a osé "toucher" le Ressuscité ; en tout cas, sa réaction a imprégné de nombreux cœurs de croyants de tous les siècles : "Mon Seigneur et mon Dieu !" (Jn 20,28) (Développement : La foi).

 

6ème) "Parce que tu m'as vu tu as cru ? Bienheureux ceux qui sans avoir vu ont cru" (Jn 20,29). Ici apparaît clairement "comment" on arrive à voir le Ressuscité : avec une attitude "croyante". Pour certains cela ne veut pas dire grand-chose. Mais, pouvait-il en être autrement ? Réfléchissons bien : qui est et qu'est-ce que Jésus-Christ ? C'est Dieu et c'est un Homme-Ressuscité (Développement : Jésus est entré dans une vie nouvelle et différente).

 En tant que Dieu : allons-nous prétendre que – infiniment supérieur à nous – Il se comporte comme une actrice attirant l'attention et comme un homme politique démontrant qu'il est là pour gagner ? L'approche "scientifique" de Dieu suppose la prétention d'abaisser Dieu au niveau de n'importe quel être matériel (avec poids et mesure). Est-ce là le Dieu que nous voulons ?

 Et en tant qu'Homme-Ressuscité, avons-nous conscience de ce que signifie "ressuscité" ? Son corps a été "glorifié". La résurrection de Jésus est bien plus élevée que la "résurrection" de Lazare. On pourrait dire que Lazare a été "ré-animé" (par la force de Dieu) : en fait, Jésus-Christ a ordonné qu'on détache Lazare pour qu'il puisse marcher (il avait une gaine, un linceul et cela l'empêchait de bouger). Dans le cas de Jésus-Christ c'est tout le contraire : saint Jean – quand il est arrivé au sépulcre – a passé sa tête dedans, "il a vu et a cru" (Jn 20,8). Qu'a-t-il vu ? Pas Jésus (à ce moment-là), mais le linceul qu'on n'avait pas touché (intact), mais en même temps, sans le "contenu" (sans le "défunt"). Pour le voler ils auraient dû tout emporter ou, au moins, couper et défaire le linceul. Mais non, tout le contenant était là intact (le linceul) mais le contenu n'y était pas"Il vit et il crut" (Développement : La résurrection de Jésus: une forme de vie toute à fait nouvelle).

 Justement Jean a une place spéciale parmi les Apôtres : c'est lui "le disciple que Jésus aimait" (il est mentionné ainsi 7 fois) ; il était resté – accompagnant les femmes – au Calvaire ; il était sorti en courant du cénacle vers le sépulcre pour écouter le témoignage des femmes… Il y a un surprenant parallèle entre Jean et les femmes ! : Elles bougent et "voient" Jésus ; Jean bouge et "voit" Jésus…