Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Thèmes evangeli.net

Jésus dans les Mystères du Rosaire

Mystères de Gloire
  1. L’Ascension

Le "dépouillement", pour ainsi dire, de Jésus-Christ a commencé dans le Jardin des Oliviers : Dieu a "caché" sa divinité, en Lui, (en réalité il l'a maintenue "voilée" depuis sa naissance). Ainsi, il voulut donner sa vie, même si tous s'attendaient à un autre genre de "triomphe"…

Mais maintenant – en toute justice – Jésus-Ressuscité "récupère" ses prérogatives divines : c'est cela l'Ascension ! Et surtout, son lieu est le Ciel : ainsi là-bas le Christ est "élevé" entièrement, avec son Corps ressuscité (et marqué pour toujours par les blessures de la passion, comme des signes de son amour pour les hommes). (Développement : « Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre »).

Voilà un nouveau motif d'espoir ! L'Ascension du Seigneur est notre élévation. La Terre n'avait jamais été aussi proche du Ciel. Pour Sainte Marie ce mystère glorieux a été une joie mais cela a aussi impliqué un nouveau renoncement… A nouveau "elle est restée à terre" (on ne pourrait pas dire mieux !).

***

 

1°) « Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté au Père. Va dire à mes frères : "Je monte vers mon Père, votre Père ; vers mon Dieu, votre Dieu" » (Jn 20,17). Ce sont des paroles magnifiques de Jésus-Christ Ressuscité à Marie Madeleine. Désormais, nous ne pourrons plus le "retenir" mais nous pourrons "l'avoir" (plus que jamais) : son Père est notre Père (filiation divine), nous pourrons le manger (Eucharistie) et c'est Lui qui nous "aura" (grâce au Saint Esprit qui nous habite). Dieu est avec nous, mais pas comme avant… "Avec le Christ élevé au ciel l'être humain est entré de manière inouïe et nouvelle dans l'intimité de Dieu ; l'homme trouve, pour toujours désormais, place en Dieu" (Benoît XVI) (Développement : « Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut élevé au ciel et s'assit à la droite de Dieu »). 

 

2°) « Alors qu'Il les bénissait il les quitta et fut élevé au ciel » (Lc 24,51). Si les disciples ont pu le voir "s'élever" c'est parce qu'ils voyaient son corps. C'est le Christ tout entier qui est assumé dans la gloire céleste. En s'exprimant radicalement : c'est la première fois qu'un corps humain entre au Ciel. Voilà où se trouve votre chemin ! Evidemment, nous Chrétiens - qui connaissons ces mystères – sommes des privilégiés. 

 

3°) « Il fut élevé en leur présence, et un nuage le fit disparaître de leurs yeux » (Hch 1,9). Le nuage qui l'a caché signifie que Jésus-Christ "est assumé" (est reçu) au ciel et qu'on lui fait des louanges à la droite de Dieu le Père. C'est une partie du cycle pascal : passion-mort-résurrection-ascension-glorification (reconnaissance des mérites et manifestation de la gloire cachée). Si nous ne le voyons pas ce n'est pas parce qu'Il n'est pas là, mais parce qu'Il vit dans un état supérieur au nôtre : le Ciel ! la maison du Père.      

 

4°) « Alors ils retournèrent à Jérusalem remplis d'une grande joie » (Lc 24,52). C'est paradoxal : ils ne le voient plus mais ils sont contents… Le fait est que, en ne le voyant plus, ils n'ont pas eu la sensation que Jésus s'en allait très loin. C'est – plutôt – tout le contraire, car Jésus-Christ les envoie en mission et les accompagne dans cette mission : "Allez dans le monde entier et prêchez l'Evangile" (Mc 16,15). Et "je serai avec vous jour après jour jusqu'à la fin du monde" (Mt 28,20). C'est une réalité qui nous touche nous aussi : Il nous envoie et nous accompagne !

 

5°) « Tous persévéraient unanimement dans la prière (…) avec Marie, la Mère de Jésus » (Actes 1,14). Tout au long de sa vie, Marie a dû "se séparer" de son Fils à plusieurs reprises (quand Il est parti de la maison, quand Il a donné sa vie sur la Croix…). Cette fois elle le fait avec joie mais aussi avec nostalgie, que nous essayons de compenser avec notre affection pour notre Mère, car Elle est restée pour accompagner les premiers pas de l'Eglise naissante de Jésus (Développement : Mission de l'Eglise après l'Ascension).