Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Thèmes evangeli.net

Jésus dans les Mystères du Rosaire

Mystères Joyeux
  1. La naissance de Jésus à Bethléem

La "Naissance de Jésus à Bethléem" est l'épicentre" des Mystères Joyeux et, sûrement, du reste des mystères du Rosaire : on pourrait dire que tout est parti de là

***

 

1er) « Et alors qu'ils se trouvaient là-bas (à Bethléem), le moment de l'accouchement arrivaet elle mit au monde son premier enfant » (Lc 2,6-7). Ce qu'il y a de plus important dans ce monde se résout en 2 vers. Quelle sobriété ! Quelle simplicité ! Dieu est ainsi, Marie est ainsi (développement : Dieu est si grand qu’il peut se faire petit). Le Règne de Dieu est ainsi également et c'est ainsi que doit être l'Eglise… L'histoire du grain de moutarde est sérieuse : à l'époque, maintenant et pour toujours ! (développement : La parabole de la graine de moutarde).

 

2ème) « Elle l'enveloppa dans des langes et l'allongea dans une crèche » (Lc 2,7). L'"épicentre" de notre histoire se concentre autour de "langes" et d'une "crèche". Ce sont les insignes pour l'identifier (développement : Jésus vient au monde dans la simplicité d'une mangeoire). C'est un grand mystère, un mystère de douceur ! Le christianisme naissant a connu - non sans douleur – un essor extraordinaire en peu de temps : c'est une religion douce (développement : « On était frappé par son enseignement »). Si parfois – ou très souvent – l'Eglise est rejetée par les hommes c'est, en bonne partie, dû au fait que nous ses fidèles - clercs et laïcs – avons fait des choses au nom du Christ qui ne répondent pas à sa douceur (des choses que Lui n'aurait jamais faites et pour lesquelles nous devons faire notre "mea culpa").

 

3éme) « Une foule de l'armée céleste chantait pour Dieu en disant : "Gloire à Dieu aux cieux et paix sur la terre (…)" » (Lc 2,13-14). Les anges et les bergers entrent en scène ; des êtres célestes et des êtres humains : tous profitent de la paix en raison de la naissance de Jésus. Et de la joie, en raison de la proximité de Dieu ! (développement : « Tous ceux qui les entendirent furent dans l'étonnement ») Quel paradoxe : ils sont tous dans la grotte de Bethléem, ils n'ont rien (même pas de toit), mais ils ne manquent de rien non plus car « Celui qui est avec Dieu ne manque de rien » (Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus).

 

4éme) « Le bœuf connaît son maître, et l'âne la crèche de son propriétaire ; Israël ne comprend pas » (Is 1,3). Voilà une plainte ancienne d'Isaïe. Ils ne se réjouissent pas "tous" de la naissance du Messie ; ils ne viennent pas "tous" à la grotte. Il n'y a ni les princes de la prêtrise, ni les scribes, ni Hérode… Tous ceux-là sont occupés dans leurs maisons avec leurs affaires. Israël ne comprend pas (développement : Qui est-ce qui connaît le Père ?), mais le bœuf et l'âne oui… Ces sympathiques invités – en toute simplicité – n'ont jamais été absents dans la crèche. Ce sont les cœurs simples qui ont confiance en Dieu qui sont dans l'étable : Marie, Joseph, les anges, les bergers, les Rois d'Orient… (développement : Le "bœuf et l'âne"). Ils sont "comme" le bœuf et l'âne : ils n'ont pas peur de Jésus.

 

5éme) « Avec ses épées ils forgeront des houes, et avec ses lances, des sécateurs » (Is 2,4). Isaïe a annoncé la paix et la prospérité avec la venue du Messie : les instruments de guerre seraient remplacés par des outils de travail (développement : Jésus, clé pour lire d'une nouvelle forme la Loi et les Prophètes). Pour le moment, seuls les travailleurs arrivaient à Bethléem : les bergers et les savants d'Orient… Les autres ne bougeaient pas le petit doigt ! Depuis on a bien avancé, mais il reste encore beaucoup à accomplir (développement : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils font »). Le travail est la courroie de transmission de la Rédemption !