Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps du Carême - 1e Semaine: Mercredi

Texte de l'Évangile (Lc 11,29-32): Comme la foule s'amassait, Jésus se mit à dire: «Cette génération est une génération mauvaise: elle demande un signe, mais en fait de signe il ne lui sera donné que celui de Jonas. Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive; il en sera de même avec le Fils de l'homme pour cette génération (…), et il y a ici bien plus que Jonas».

Jésus, le "vrai Jonas"

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui Jésus se présente comme étant "quelqu'un de plus grand que Jonas". Jésus a porté la faute de toute l'humanité, il est rentré avec elle dans le Jourdain. Il a commencé sa vie publique en prenant la place des pécheurs. Il l'a commencée en anticipant les tourments de la croix. Il est, pour ainsi dire, le vrai Jonas qui a dit aux marins: "Prenez-moi et jetez-moi à la mer" (Jon 1,12).

Dans la résurrection de Lazare nous pouvons peut-être voir une réponse de Jésus face à la demande de signes de la part de ses contemporains, pourtant sa réponse fondamentale a été "Jonas est resté dans le ventre du cétacé trois jours et trois nuits; de même, le Fils de l'homme restera au cœur de la terre trois jours et trois nuits" (Mt 12,40).

—Le signe de Dieu pour les hommes est le Fils de l'homme, Jésus Lui-même. Et, dans le mystère pascal, dans le mystère de sa mort et de sa résurrection, Il l'est vraiment. Il est le "signe de Jonas". Croire en Lui et Le suivre est le grand signe que Dieu nous donne.