Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps du Carême - 5e Semaine: Vendredi

Texte de l'Évangile (Jn 10,31-42): Les Juifs allèrent de nouveau chercher des pierres pour lapider Jésus. Celui-ci prit la parole: «J'ai multiplié sous vos yeux les oeuvres bonnes de la part du Père. Pour laquelle voulez-vous me lapider?». Les Juifs lui répondirent: «Ce n'est pas pour une oeuvre bonne que nous voulons te lapider, c'est parce que tu blasphèmes: tu n'es qu'un homme, et tu prétends être Dieu» (…). Beaucoup vinrent à lui en déclarant: «Jean n'a pas accompli de signe; mais tout ce qu'il a dit au sujet de celui-ci était vrai». Et à cet endroit beaucoup crurent en lui.

"Je suis Fils de Dieu". Premières réactions à Jérusalem

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui aux portes de la Semaine Sainte, Jean nous plonge dans l'ambiance pré-pascale. Dans un premier temps, l'apparition de Jésus et du mouvement qui était en train de se former autour de Lui avait éveillé peu d'intérêt au sein des autorités du Temple.

La situation changea avec le Dimanche des Rameaux: l'hommage messianique à Jésus Christ lors de son entrée à Jérusalem; la purification du Temple avec les mots qui interprétaient ce geste, qui semblaient annoncer la fin du Temple comme tel et un changement radical du culte; les interventions de Jésus dans le Temple, dans lesquelles on pouvait percevoir une revendication de pleine autorité; les miracles qu'il faisait et la croissante affluence du peuple vers Lui... c'étaient des faits qui ne pouvaient pas être ignorés.

—Jean parla avec plus de détail d'une réunion du Sanhédrin —avant le Dimanche des Rameaux— pour délibérer sur le "cas" de Jésus (cf. 11,47-53). Le motif immédiat fut le mouvement populaire surgit après la résurrection de Lazare. Jésus, je confesse que tu es Dieu!