Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 23e Semaine: Lundi

Texte de l'Évangile (Lc 6,6-11): Un autre jour de sabbat, Jésus était entré dans la synagogue et enseignait. Il y avait là un homme dont la main droite était paralysée. Les scribes et les pharisiens observaient Jésus afin de voir s'il ferait une guérison le jour du sabbat; ils auraient ainsi un motif pour l'accuser. Mais il (…) promenant son regard sur eux tous, il dit à l'homme: «Étends ta main». Il le fit, et sa main redevint normale. Quant à eux, ils furent remplis de fureur et ils discutaient entre eux sur ce qu'ils allaient faire à Jésus.

Sans Jésus le Rédempteur, c’est inévitable "le durcissement du cœur"

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui, tous —juifs et non-juifs— devons prendre une décision: "mourir à nous-mêmes" et reconnaitre Jésus, le Rédempteur. Sans Dieu, l'homme ne s’explique pas à lui-même et tombe dans les contradictions les plus absurdes. Il est inévitable de "durcir le cœur", rejetant la connaissance de soi et de nier sa culpabilité, s'il n’y a pas "Quelqu’un" qui transporte cette culpabilité, la "développe" et la pardonne.

La réciprocité est donnée ici: sans l'idée du Rédempteur —qui ne cache pas la faute, mais la souffre lui-même— il est impossible de tolérer la vérité de sa propre culpabilité et on se tourne vers le premier mensonge: l'aveuglement de la culpabilité d’où naissent tous les autres mensonges, et, enfin, l'incapacité générale devant la vérité. Et inversement: il n'est pas possible de connaître le Rédempteur, et de croire en Lui sans avoir le courage d'être honnête avec soi-même.

—Seigneur, je prie la grâce de la "confession" pour reconnaître la vérité: La tienne (j’ai besoin de toi!) et la mienne (je ne suis pas un "dieu", mais une créature fragile!).