Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 27e Semaine: Dimanche (C)

Texte de l'Évangile (Lc 17,5-10): Les Apôtres dirent au Seigneur: «Augmente en nous la foi!». Le Seigneur répondit: «La foi, si vous en aviez gros comme une graine de moutarde, vous diriez au grand arbre que voici: ‘Déracine-toi et va te planter dans la mer’, et il vous obéirait (…)».

L’Église, mère de notre foi

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes du Pape François)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui, comment être sûr d’atteindre le «vrai Jésus» par delà les siècles? Si l’homme était un être isolé, si nous voulions partir seulement du «moi» individuel qui veut trouver en lui-même la certitude de sa connaissance, une telle certitude serait alors impossible.

Je ne peux pas voir par moi-même ce qui s’est passé à une époque si distante de moi. Mais tel n’est pas toutefois le seul moyen dont dispose l’homme pour connaître. La personne vit toujours en relation. Il est impossible de croire seul. La foi, par nature, elle s’ouvre au «nous», elle advient toujours dans la communion de l’Église. Il est possible de répondre à la première personne, «je crois», seulement dans la mesure où l’on appartient à une large communion, seulement parce que l’on dit aussi «nous croyons».

—Cette ouverture au «nous» ecclésial se produit selon l’ouverture même de l’amour de Dieu, qui n’est pas seulement relation entre Père et Fils, entre «moi» et «toi», mais, qui est aussi dans l’Esprit un «nous», une communion de personnes.