Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 28e Semaine: Lundi

Texte de l'Évangile (Lc 11,29-32): Comme la foule s'amassait, Jésus se mit à dire: «Cette génération est une génération mauvaise: elle demande un signe, mais en fait de signe il ne lui sera donné que celui de Jonas. Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive; il en sera de même avec le Fils de l'homme pour cette génération (…)».

L'humilité (les "malades" apprennent à voir)

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui, ils existent encore à que —au nom de la "objectivité" du savoir— ils prétendent de Dieu un "signe". La racine de cette exigence erronée n'est pas autre que l'égoïsme, un cœur impur, qui attend uniquement de Dieu le succès personnel, l'aide nécessaire pour faire un absolu le propre moi ("je Le peux mesurer"). Cette forme de religiosité représente le rejet fondamental de la conversion ("Il doit être ma mesure").

L'humilité du silence —Job!— c'est très important comme premier pas dans la sagesse. Il en ressort surprenant que les plaintes contre Dieu seul dans une partie minimale proviennent des malades de ce monde; surtout proviennent des "spectateurs saturés" qui n'ont jamais souffert. Les malades ont appris à voir! Dans ce monde, l'éloge sort des "fours" où tant se brûlent: le récit des "trois jeunes" dans le four allumé contient une vérité plus profonde que celle qui s'exprime dans les traités érudits.

—Jésus: combien de fois nous demandons un signe et nous nous fermons à la conversion! La Croix est le signe!