Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 28e Semaine: Mardi

Texte de l'Évangile (Lc 11,37-41): Comme Jésus parlait, (…) dit: «Bien sûr, vous les pharisiens, vous purifiez l'extérieur de la coupe et du plat, mais à l'intérieur vous êtes remplis de cupidité et de méchanceté. Insensés! Celui qui a fait l'extérieur n'a-t-il pas fait aussi l'intérieur? (…)».

"Si Deus daretur" (sauver la raison en l'ouvrant à la foi)

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui —en écoutant le reproche de Jésus aux Pharisiens— nous vérifions comment l'idée de Dieu peut être instrumentalisée et devenir "meurtrière": c'est le danger qui a la religion. Mais aussi une raison qui se sépare complètement de Dieu et elle veut le confiner au domaine du purement subjectif, perd le nord et donne lieu pour des forces destructives.

Si l'illustration est été à la recherche des fondements moraux estimés "etsi Deus non daretur" (comme si Dieu n'existait pas), aujourd'hui nous devons inviter les agnostiques à ce qu'ils s'ouvrent à une morale "si Deus daretur". Sans ce point absolu de référence (Dieu), le fait humain se perd dans l'incertitude. Les chrétiens nous sommes certainement appelés non à mettre des limites à la raison, mais plutôt à renoncer à qu'elle soit réduite au domaine du faire faire.

—Seigneur, je m'efforcerai pour affirmer la capacité de notre raison de percevoir ce qui est bon et à Celui qui est Bon. Seulement ainsi nous libérerons la bataille authentique en faveur de l'homme et contre l'inhumanité.