Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 29e Semaine: Vendredi

Texte de l'Évangile (Lc 12,54-59): Jésus disait encore à la foule: «(…) Esprits faux! L'aspect de la terre et du ciel, vous savez le juger; mais le temps où nous sommes, pourquoi ne savez-vous pas le juger? Et pourquoi aussi ne jugez-vous pas par vous-mêmes ce qui est juste? (…)».

"Positivisme" et "Droit Naturel"

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui, on nous donne mieux prédire le temps que discerner le juste. L'essor du "positivisme juridique" ("le juste est le permis par la loi"), il a margé au "Droit classique Naturel" comme une doctrine typique du catholicisme.

Le "positivisme" considère la nature comme l'ensemble de données objectives, liées entre soi comme des causes et des effets. Depuis cette conception purement fonctionnelle (propre des sciences naturelles), on ne peut pas établir de pont entre la "nature" ("être") et la "éthique" ("devoir être"); seulement des explications fonctionnelles peuvent dériver. Parallèlement, cela qui n'est pas vérifiable ou falsable n'entrerait pas dans le domaine de la raison. Ainsi, la morale et la religion passeraient au "subjectif" (outre le domaine de la raison stricte), en formant une "subculture". Mais: réellement l'homme est-il réductible aux fonctions mécaniques?

—La raison positiviste, qui perçoit seulement le fonctionnel, elle ressemble aux édifices en ciment armé sans des fenêtres, dans lesquels nous obtenons le climat et la lumière par nous mêmes, sans le vouloir recevoir les deux choses du grand monde de Dieu.