Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 33e Semaine: Jeudi

Texte de l'Évangile (Lc 19,41-44): Quand Jésus fut près de Jérusalem, en voyant la ville, il pleura sur elle; il disait: «Si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui peut te donner la paix! Mais hélas, cela est resté caché à tes yeux. Oui, il arrivera pour toi des jours où tes ennemis viendront mettre le siège devant toi (…) et ils ne laisseront pas chez toi pierre sur pierre, parce que tu n'as pas reconnu le moment où Dieu te visitait».

Annonce de la destruction de Jérusalem

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui, Jésus-Christ annonce, tout en pleurant pour Jérusalem, sa fin dramatique qui devait arriver en l'an 70. En l'an 66, avec l'expulsion du procurateur Gessius Florius et la défense efficace face à la contre-attaque romaine, la guerre juive commença. Ce ne fut pas seulement une guerre des juifs contre les Romains, mais également de manière périodique une guerre en bonne partie civile entre des courants juifs rivaux. Ce fut la première cause de toutes les atrocités commises dans la bataille pour la conquête de Jérusalem.

Les paroles de Jésus montrent avant tout son amour profond pour Jérusalem, sa lutte passionnée pour obtenir le "oui" de la Cité Sainte au message qu'Il doit transmettre. Cependant, le noyau de ses paroles ne vise pas les actions extérieures de la guerre et la destruction; mais la fin au sens historique-salvateur du Temple, qui devient une maison qui "s'est vidée": ce n'est plus le lieu de la présence de Dieu.

—Jésus, nouveau temple de Dieu, je te demande pardon pour les fois où je n'ai pas su t'accueillir.