Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : 28 Octobre: Saint Simon et saint Jude, apôtres

Texte de l'Évangile (Lc 6,12-19): En ces jours-là, Jésus s'en alla dans la montagne pour prier, et il passa la nuit à prier Dieu. Le jour venu, il appela ses disciples, en choisit douze, et leur donna le nom d'Apôtres: Simon, auquel il donna le nom de Pierre, André son frère, Jacques, Jean, Philippe, Barthélemy, Matthieu, Thomas, Jacques fils d'Alphée, Simon appelé le Zélote, Jude fils de Jacques, et Judas Iscariote, celui qui fut le traître (…).

Saint Simon et saint Jude, apôtres

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui nous célébrons Simon Cananéen et Judas Tadée. Dans les listes des Douze ils apparaissent toujours ensemble. Simon reçoit différente épithète dans les quatre listes: Mateo et Marc le nomment "Cananéen"; Luc définit "Zélote". En réalité, les deux qualificatifs signifient le même: "être jaloux, passionné".

Il est très possible que ce Simon, s'il n'appartenait pas proprement au mouvement nationaliste des zélotes, au moins se distinguait par un zèle ardent par l'identité juive et, conséquemment, par Dieu, par son peuple et par la Loi divine. Si c'est ainsi, Simon est chez les antipodes de Mathieu qui, au contraire, comme publicain procédait d'une activité réfléchie totalement impure. C'est un signe évident de ce que Jésus appelle ses disciples et collaborateurs des plus diverses strates sociales et religieuses, sans des exclusions.

—Le groupe des Douze est le préfiguration de l'Église, dans laquelle ils doivent trouver un espace tous les charismes, peuples et des races qui atteignent son harmonie dans la communion avec Jésus.

Saint Simon et Saint Jude, apôtres

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui nous considérons aussi Jude Tadée (qu'il ne faut pas confondre avec Judas Iscariote). À Jude Tadée on a attribué la paternité de l'une des lettres du Nouveau Testament qui ont l'habitude de se sonner "catholiques" pour n'être pas dirigé à une Église locale déterminée, mais "à ceux qui ont été appelés, aimés de Dieu le Père et gardés pour Jésus-Christ".

Cette lettre a pour préoccupation centrale alerter les chrétiens devant tous ceux qui prennent comme excuse la grâce de Dieu pour disculper ses coutumes dépravées et pour dévier d'autres frères avec un enseignement inacceptable. L'auteur de ces lignes vit en plénitude sa foi, à laquelle des grandes réalités appartiennent, comme l'intégrité morale et la joie, la confiance et, finalement, l'éloge, tout cela motivé seulement par la bonté de notre Dieu unique et par la miséricorde de notre Seigneur Jésus-Christ.

— Pourvu que l'apôtre Jude Tadée nous aide à redécouvrir toujours la beauté de la foi chrétienne, en sachant témoigner d'elle avec courage.