Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Dimanche du Saint-Sacrement (A)

Texte de l'Évangile (Jn 6,51-58): «Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel: si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement (...)». Les Juifs discutaient entre eux: « Comment cet homme-là peut-il nous donner sa chair à manger?»... «Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel: si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c'est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie».

Les Juifs discutaient entre eux: « Comment cet homme-là peut-il nous donner sa chair à manger?». Jésus leur dit alors: «Amen, amen, je vous le dis: si vous ne mangez pas la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n'aurez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui. De même que le Père, qui est vivant, m'a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même aussi celui qui me mangera vivra par moi. Tel est le pain qui descend du ciel: il n'est pas comme celui que vos pères ont mangé. Eux, ils sont morts; celui qui mange ce pain vivra éternellement».

Illustration: Francesc Badia

Aujourd'hui Jésus annonce le don le plus précieux qu'il s'apprête à nous offrir. Lui-même, son propre Corps sacrifié et son Sang versé pour notre salut. Seule une grande foi peut croire en ces paroles du Seigneur. Certains juifs discutaient et n'avaient pas confiance. Mais le fait historique c'est que Jésus-Christ, pendant la Dernière Cène, a dit ! "Ceci est mon Corps…" ; "Ceci est mon Sang…". Le Christ est Dieu et Il peut le faire !

- S'Il l'a dit, pourquoi en douter ? On ne nous demande pas de comprendre le miracle mais de l'accepter !