Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 13e Semaine: Vendredi

Texte de l'Évangile (Mt 9,9-13): Jésus, sortant de Capharnaüm, vit un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de publicain (collecteur d'impôts). Il lui dit: «Suis-moi». L'homme se leva et le suivit... Jésus, sortant de Capharnaüm, vit un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de publicain (collecteur d'impôts). Il lui dit: «Suis-moi». L'homme se leva et le suivit. Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains et de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. Voyant cela, les pharisiens disaient aux disciples: «Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs?». Jésus, qui avait entendu, déclara: «Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que veut dire cette parole: C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices. Car je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs».

Illustration: Francesc Badia

Aujourd'hui, nous partageons la joie de Matthieu et de ses amis : Jésus l’a choisi ! Tout le monde est heureux et célèbrent avec un repas avec le Maître. Mais sont-ils tous heureux ? Non ! Parce que les « rabat-joie » de toujours avec leurs préjugés de toujours ne supporte pas voir le Maître manger avec des « pécheurs ».

-Mais, qui suis-je pour dire que les autres sont des « pécheurs » ? Dans tous les cas, le médecin aura besoin de ceux qui sont faibles : « Je veux la miséricorde (...). Je ne suis pas venu pour appeler les justes, mais les pécheurs ».