Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 31e Semaine: Samedi

Texte de l'Évangile (Lc 16,9-15): «(...) Celui qui est digne de confiance dans une toute petite affaire est digne de confiance aussi dans une grande (...). Aucun domestique ne peut servir deux maîtres». «Eh bien moi, je vous le dis: Faites-vous des amis avec l'Argent trompeur, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. Celui qui est digne de confiance dans une toute petite affaire est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est trompeur dans une petite affaire est trompeur aussi dans une grande. Si vous n'avez pas été dignes de confiance avec l'Argent trompeur, qui vous confiera le bien véritable? Et si vous n'avez pas été dignes de confiance pour des biens étrangers, le vôtre, qui vous le donnera? Aucun domestique ne peut servir deux maîtres: ou bien il détestera le premier, et aimera le second; ou bien il s'attachera au premier, et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l'Argent».

Les pharisiens, eux qui aimaient l'argent, entendaient tout cela, et ils ricanaient à son sujet. Il leur dit alors: «Vous êtes, vous, ceux qui se présentent comme des justes aux yeux des hommes, mais Dieu connaît vos coeurs, car ce qui est prestigieux chez les hommes est une chose abominable aux yeux de Dieu».

Illustration: Francesc Badia

Aujourd'hui, Jésus-Christ nous conduit à l'amour fidèle. Comment ? Les petites choses ! Dieu lui-même, si grand, est devenu « petit ». A Bethléem, dans l'Eucharistie ... Et sur la Croix il continua d’être « petit ». "Descends de la croix et nous allons croire en toi” : Jésus n'est pas descendu ! Il préféra rester petit.

- Quand l'homme "néglige" la foi (par exemple, laisse la messe), presque sans s'en rendre compte, il laisse Dieu de côté, comme un "vase" ("Je ne te nie pas, mais je n'ai pas besoin de toi"). En fin de compte, il est refusé ("vous n'existe plus"). Et plus, en fin de compte, l'homme "néglige" l'homme (famille, collègues ...). Conclusion : Dieu ou rien !