Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 18e Semaine: Vendredi

Texte de l'Évangile (Mt 16,24-28): «Celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la gardera. Quel avantage en effet un homme aura-t-il à gagner le monde entier, s'il le paye de sa vie?». Alors Jésus dit à ses disciples: «Si quelqu'un veut marcher derrière moi, uqu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix et qu'il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la gardera. Quel avantage en effet un homme aura-t-il à gagner le monde entier, s'il le paye de sa vie? Et quelle somme pourra-t-il verser en échange de sa vie? Car le Fils de l'homme va venir avec ses anges dans la gloire de son Père; alors il rendra à chacun selon sa conduite. Amen, je vous le dis: parmi ceux qui sont ici, certains ne connaîtront pas la mort avant d'avoir vu le Fils de l'homme venir dans son Règne».

Illustration: Pili Piñero

Aujourd'hui Jésus nous parle de la "vie" et de la "Vie". Et bien ? La "vie" a du sens en fonction de la "Vie" en majuscules (l'éternité). C'est une idée très utile à notre époque, où l'on a tendance à perdre la tête si l'on suit la mode. Le problème de la mode c'est qu'elle va et vient… et on court le risque de vivre à la mode sans laisser d'histoire personnelle.

Nous partons nous aussi. Mais si l'on vit à la mode… ce sera gênant de se présenter face à la "Vie" sans "curriculum vitae".