Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps du Carême - Semaine des Cendres · Mercredi

Texte de l'Évangile (Mt 6,1-6.16-18): «Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d'agir devant les hommes pour vous faire remarquer. Autrement, il n'y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l'aumône (…), quand vous priez (…), et quand vous jeûnez (…), ne [soit] pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent dans le secret; ton Père voit ce que tu fais dans le secret: il te le revaudra».

Mercredi des Cendres : début du Carême

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui nous commençons le Carême par les rites symboliques spécifiques au Mercredi des Cendres: 1. La procession pénitentielle, qui symbolise le pèlerinage personnel et communautaire de conversion et de rénovation spirituelle; 2. L’imposition des cendres, qui signifie l’appel à correspondre avec sincérité de cœur et cohérence des œuvres. Le Carême est un temps de purification —ce que manifeste la couleur liturgique— et il est tout entier orienté vers le mystère de la Rédemption.

Comme chemin d’une authentique conversion et de préparation spirituelle plus intense pour célébrer la Pâque, la liturgie nous propose à nouveau trois pratiques pénitentielles auxquelles la tradition biblique chrétienne confère une grande valeur: l’oraison, le jeûne et l’aumône. En réalité, toute la vie chrétienne est un combat sans trêve, au cours duquel nous devons utiliser ces trois "armes".

—Mourir à soi-même pour vivre en Dieu est l’itinéraire ascétique que tous les disciples de Jésus sont appelés à parcourir avec humilité et patience, avec générosité et persévérance.

La Carême. L'aumône

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui nous contemplons le Carême comme un temps privilégié du pèlerinage intérieur vers Celui qui est la source de la miséricorde. L'une des pratiques relatives au Carême conseillée est l'aumône: elle représente une manière concrète de venir en aide aux plus nécessiteux et, en même temps, c'est un exercice ascétique pour se libérer de l'attachement aux biens terrestres.

L'aumône nous aide à vaincre la tentation permanente de servir les "deux seigneurs" (Dieu et l'Argent), et nous éduque à aider notre prochain dans ses besoins et à partager avec les autres ce que nous possédons par grâce divine. L'aumône évangélique n'est pas simple philanthropie, elle est plutôt l'expression concrète de la charité, vertu théologale qui exige la conversion intérieure à l'amour de Dieu et des frères, à l'imitation de Jésus-Christ, qui, en mourant sur la Croix, se livra tout entier pour nous.

—Le Carême, nous pousse à suivre l'exemple de la "veuve pauvre", dont l'aumône ne consista pas simplement à donner ce qu'elle possédait, mais ce quelle était: toute sa personne.

La Carême. Le jeûne

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui en commençant le Carême, nous réfléchissons aux quarante jours de jeûne que le Seigneur a vécus dans le désert avant d'entreprendre sa mission publique. Comme Moïse avant de recevoir les Tables de la Loi ou Elie avant de rencontrer le Seigneur sur le mont Horeb, Jésus-Christ s'est préparé pour sa mission en priant et en jeûnant et le début a été marqué par un dur affrontement avec le tentateur.

Les Saintes Ecritures et toute la tradition chrétienne enseignent que le jeûne est d'un grand secours pour éviter le péché et tout ce qui conduit à lui. Puisque le péché nous opprime tous, on nous offre le jeûne comme un moyen de retrouver l'amitié du Seigneur. Dans le Nouveau Testament, Jésus qui avait anticipé l'hypocrisie de quelques pharisiens a indiqué la raison profonde du jeûne: manger le "vrai aliment" c'est-à-dire faire la volonté du Père. En dernier lieu, il s'agirait de renoncer à notre propre volonté.

—Seigneur, avec le jeûne, je souhaite me soumettre à toi avec humilité, en comptant sur ta bonté et ta générosité.