Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps du Carême - 1e Semaine: Lundi

Texte de l'Évangile (Mt 25,31-46): «Lorsque le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s'assiéra sur le trône de sa gloire. Toutes les nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d'avec les autres, comme le berger sépare les brebis d'avec les boucs; et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche (…). Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle».

Le Jugement comme lieu d'exercice de l'espérance

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui devant la représentation du Jugement dernier, le Carême nous renouvelle dans l’espérance en Celui qui nous fait passer de la mort à la vie. Le Jugement est un "lieu d’exercice de l’espérance". La représentation du Jugement dernier n’est pas une peinture terrifiante, mais une image décisive d’espérance: Dieu seul peut créer la justice.

Dieu a révélé son visage précisément dans la figure de celui qui souffre et partage la condition de "l’homme abandonné", la faisant sienne. Cet innocent qui souffre s’est converti en espérance-certitude: Dieu existe et Dieu sait créer la justice d’une façon que nous sommes incapables de concevoir et dont, cependant, nous pouvons avoir l’intuition dans la foi. Oui, la résurrection de la chair existe; oui, la justice existe, "révocation" de la souffrance passée et réparation qui rétablit le Droit.

—La foi dans le Jugement dernier est, avant tout, espérance, dont la nécessité est devenue évidente précisément à travers les convulsions des derniers siècles: l’injustice de l’histoire n’aura pas le dernier mot…