Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 13e Semaine: Lundi

Texte de l'Évangile (Mt 8,18-22): (…) Un scribe s'approcha et lui dit: «Maître, je te suivrai partout où tu iras». Mais Jésus lui déclara: «Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids; mais le Fils de l'homme n'a pas d'endroit où reposer sa tête» (…).

Pauvreté: "dé-liés" pour être libres

Abbé Josep Mª MASSANA i Mola OFM
(Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, un scribe nous surprend par son désir de suivre Jésus. Les scribes ont pour habitude d'être hostiles à Jésus, mais Jésus n'a pas d'à priori et Il lui précise quelles sont les conditions nécessaires pour être disciple: pauvreté et détachement, ce dont lui-même est le modèle, puisqu'Il n'est attaché à rien ni à personne.

La liberté est la fabuleuse capacité de pouvoir choisir et elle exige une grande maturité personnelle. C'est l'un des droits de l'homme le plus revendiqué, mais c'est peut-être le plus incompris. Souvent on croit que pour être libre il faut posséder des richesses, du pouvoir, de l'influence et de l'autorité. Mais cette possession est un piège: ce que nous croyons posséder, nous possède et nous assujettit. La liberté évangélique est l'opposé de cela: elle veut dire se détacher, se vider et s'appauvrir. C'est à ce moment là que nous sommes souverainement libres.

—Seigneur, tu nous as dit que la vérité nous rendra libres. Donne-nous ton Esprit pour que rien ne puisse nous enlever ce trésor et que ce soit Toi seul qui nous possède et que nous te possédions.