Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 14e Semaine: Dimanche (A)

Texte de l'Évangile (Mt 11,25-30): En ce temps-là, Jésus prit la parole: «(…) Tout m'a été confié par mon Père; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler (…)».

Jésus, le "Fils de Dieu"

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui, Jésus-Christ se révèle à nous comme le "Fils de Dieu". Dans l'Orient ancien ce titre avait était utilisé dans le monde politique: le roi était considéré comme le "Fils de Dieu". Chez le Christ cette expression va plus loin et signifie une union spéciale avec Dieu (qui se manifeste par la croix et la résurrection).

Seul le Fils réellement "connait" le Père (il "sent" avec le Père). "Connaître" implique "égalité": l'unité de la connaissance n'est possible que parce qu'il y a une unité chez l'être. De même la volonté du Fils s'unit à la volonté du Père. Ceci est constant dans les Evangiles, mais il nous est présenté de façon dramatique sur le Mont des Oliviers. Là-bas Jésus prend la volonté humaine et l'introduit dans sa volonté filiale et, ainsi, il l'inclut dans l'unité de volonté avec le Père.

—Jésus, nous te demandons, unis à toi, le Fils, de nous laisser être "consentants" avec la volonté du Père et, ainsi, de nous permettre d'être nous aussi des fils.