Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 33e Semaine: Dimanche (A)

Texte de l'Évangile (Mt 25,14-30): Jésus parlait à ses disciples de sa venue; il disait cette parabole: «Un homme, qui partait en voyage, appela ses serviteurs et leur confia ses biens. A l'un il donna une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul, à chacun selon ses capacités. Puis il partit.

»Aussitôt, celui qui avait reçu cinq talents s'occupa de les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n'en avait reçu qu'un creusa la terre et enfouit l'argent de son maître. Longtemps après, leur maître revient et il leur demande des comptes (…)».

Horizons d’éternité et responsabilité pour le temps

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui, la "Parabole des talents" nous montre que le Seigneur ne nous appelle pas à une tranquille commodité, mais à tirer partie de nos talents. Quelqu’un qui vit le présent à la lumière de sa responsabilité pour la vie éternelle donne la plénitude de leur signification aux jours présents. En effet, le temps dont on profite le mieux est celui qui se transforme en quelque chose de durable; c’est le temps que nous recevons de Dieu et que —comme de bons administrateurs— nous le Lui rendons.

Nous devons porter un fruit qui demeure. Après un certain temps, tout (argent, édifices, livres…) disparaît. La seule chose qui demeure éternellement est l’âme humaine, l’homme créé par Dieu pour l’éternité. Le fruit qui demeure est celui que nous avons semé dans les âmes des hommes. Nous devons bien vivre le présent dans une perspective d’éternité.

—Demande au Seigneur qu’il m’aide à porter un fruit qui demeure pour toujours. Ce n’est qu’ainsi que la terre se transforme d’une vallée de larmes en jardin de Dieu.