Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 33e Semaine: Dimanche (C)

Texte de l'Évangile (Lc 21,5-19): Certains parlaient du Temple, admirant la beauté des pierres et les dons des fidèles. Jésus leur dit: «Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n'en restera pas pierre sur pierre: tout sera détruit». Ils lui demandèrent: «Maître, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe que cela va se réaliser?». Jésus répondit: «Prenez garde de ne pas vous laisser égarer (...)».

Espoir: le «désenchantement» a une dimension eschatologique

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes du Pape François)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui, les symptômes de désenchantement sont variées, mais peut-être le plus évident est celui des «des enchantements sur mesure« : l'enchantement de la technologie qui promet toujours de meilleures choses, l'enchantement d'une économie qui offre des possibilités presque illimitées dans tous les aspects de vie qui parviennent à être inclus dans le système, l'enchantement des propositions religieuses mineures, pour répondre à tous les besoins.

Le désenchantement a une dimension eschatologique. Attaque indirectement, mettant entre parenthèses toute l'attitude définitive et, au contraire, propose ces petits charmes qui font des «îlots» ou «trêve» contre le désespoir avec le rythme du monde en général.

- Par conséquent, la seule attitude humaine à briser les enchantements et les déceptions est de nous situer en face aux choses du passé et nous demander : à l'espoir, nous-allons de mieux en mieux vers le haut ou de mal en pire? Et la question se pose: pouvons-nous répondre? Avons-nous, en tant que chrétiens, les paroles et les actes qui marquent le chemin de l'espoir pour notre monde?