Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 34e Semaine: Dimanche (A): Le Christ Roi del'Univers

Texte de l'Évangile (Mt 25,31-46): Jésus parlait à ses disciples de sa venue: «Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres: il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche (…). Et ils s'en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle».

Le "Jugement final": grâce et justice

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui, l’image imposante du Jugement dernier mérite d’être considérée non comme une chose terrifiante, mais comme un motif d’une espérance qui fait en même temps appel à notre responsabilité. Dieu est justice et crée de la justice: c’est là notre consolation et notre espérance. Mais dans cette justice se trouve aussi sa grâce.

Nous le découvrons quand nous regardons vers Jésus-Christ crucifié et ressuscité. Toutes deux —la justice et la grâce— doivent être perçues dans leur juste relation. La grâce n’exclut pas la justice ; elle ne convertit pas la justice en droit. Le Jugement de Dieu est espérance, tant en raison de sa justice qu’en raison de la grâce. S’il n’était que grâce, il rendrait sans importance tout ce qui arrive ici-bas et Dieu nous devrait toujours une réponse sur la justice dans notre histoire. S’il n’était que pure justice, il ne serait au bout du compte qu’un motif de crainte.

—Ton incarnation, Seigneur, a uni jugement et grâce de telle manière que la justice est établie avec fermeté. Cependant, la grâce me permet d’avancer plein de confiance à la rencontre de mon "Juge-Avocat".