Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 9e Semaine: Lundi

Texte de l'Évangile (Mc 12,1-12): Jésus se mit à leur parler en paraboles : «Un homme planta une vigne (…) et puis il la donna en fermage à des vignerons, et partit en voyage. Le moment venu, il envoya son serviteur auprès des vignerons pour se faire remettre par ceux-ci ce qui lui revenait du produit de la vigne. Mais les vignerons se saisirent du serviteur, le frappèrent, et le renvoyèrent sans rien lui donner. De nouveau, il leur envoya (…) d'autres serviteurs (…). Il lui restait encore quelqu'un: son fils bien-aimé. Il l'envoya vers eux en dernier (…). Mais ces vignerons-là se dirent entre eux: ‘Voici l'héritier: allons-y! tuons-le, et l'héritage va être à nous!’ (…).

»Que fera le maître de la vigne? Il viendra, fera périr les vignerons, et donnera la vigne à d'autres. N'avez-vous pas lu ce passage de l'Écriture? La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. C'est là l'oeuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux!» (…).

Nous les hommes, nous usurpons la création ("Parabole des vignerons homicides")

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui les paroles de Jésus nous décrivent l'œuvre de la création comme une "vigne" dont Dieu est le propriétaire et l'homme l'administrateur. Dans la parabole, la vigne produit du bon raisin, mais les vignerons le gardent pour eux-mêmes. Ils ne veulent pas le redonner au propriétaire. Les vignerons battent les messagers du maître et ils tuent son Fils.

Ces vignerons —qui ne veulent pas avoir de maître— sont un miroir pour nous aussi. Nous les hommes, nous usurpons la création qui nous a été donnée pour l'administrer. Nous voulons posséder notre vie et le monde d'une façon illimitée, Dieu est pour nous un obstacle.

—Là où l'homme devient le seul et unique propriétaire de soi, il ne peut pas y avoir de justice. La seule chose qui règne c'est la volonté du pouvoir. On peut, certainement, chasser le Fils hors de la vigne et même l'assassiner, afin de jouir de manière égoïste des fruits de la terre. Mais alors… la vigne se transforme très vite en un champ désert, ravagée par les sangliers, telle que décrite dans le Psaume 79.