Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps de l'Avent - 1e Semaine: Mardi

Texte de l'Évangile (Lc 10,21-24): En ce moment même, Jésus tressaillit de joie par le Saint Esprit, et il dit: «Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre (…)». Et, se tournant vers les disciples, il leur dit en particulier: «Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez!» (…).

L'importance de l'histoire dans la foi chrétienne

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui nous assistons à la prière de Jésus dans une communion avec le Père et le Saint-Esprit. Jésus-Christ prend ses disciples comme témoins. Pour la foi biblique il est fondamental de se rapporter aux faits historiques réels. Elle ne raconte pas de légendes comme des symboles de vérités qui vont au-delà de l'histoire, mais elle est basée sur l'histoire arrivée dans cette terre. "Factum historicum" n'est pas pour elle une clé symbolique, qui puisse être substituée, mais un fondement constitutif.

"Et incarnatus est": avec ces mots nous professons l'entrée effective de Dieu dans l'histoire réelle. Si nous obvions à cette histoire, la foi chrétienne comme telle reste éliminée et transformée en une "autre" religion. Ainsi, si l'histoire (basée sur des faits succédés) forme part essentiel de la foi chrétienne, celle-ci doit assumer la "méthode historique" pour son interprétation. La foi même l'exige: la "méthode historique-critique" est indispensable (bien que non suffisante) à partir de la structure de la foi chrétienne.

—Jésus, je reconnais ton incarnation comme fait historique et, à la fois, je confesse que tu es Dieu.