Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire- 16e Semaine: Mardi

Texte de l'Évangile (Mt 12,46-50): Comme Jésus parlait encore à la foule (…), il dit: «Celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une soeur et une mère».

La volonté du Père

REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)
(Città del Vaticano, Saint-Sige)

Aujourd'hui, Jesucrist désigné comme "propre" à ceux qui font la volonté du Père céleste. Mais est-ce que cela ne semble-t-il une exagération, même "anti-naturel"? Dans notre esprit émerge le drame de Gethsémani, où l'homme Jésus semble "lutter" contre sa propre divine volonté (¡Il est le Fils de Dieu!), qui devait s'identifier avec celle du Père.

En réalité, le mystère n'est pas tant la "lutte" des volontés dans le Christ, mais notre schizophrénie en décochant la volonté du Père. Depuis sa création, la volonté humaine est orientée vers le Divin. En assumant la volonté divine, notre volonté atteint son accomplissement, non sa destruction. Mais l'homme, par "l'étroitesse original" il tend à sentir sa volonté menacée par la volonté du Père. Ce détachement, est justement, ce qui fait plus souffrir Jésus dans le Verger des Oliviers.

—Jésus, notre obstination contre Dieu a été présente dans ta prière. Avec ton sanglante "lutte" intime à Gethsémani, tu entraînes notre nature récalcitrante vers sa véritable raison d'être: le Père.