Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 21e Semaine: Dimanche (C)

Première Lecture (Is 66,18-21): Ainsi parle le Seigneur : connaissant leurs actions et leurs pensées, moi, je viens rassembler toutes les nations, de toute langue. Elles viendront et verront ma gloire : je mettrai chez elles un signe ! Et, du milieu d’elles, j’enverrai des rescapés vers les nations les plus éloignées, vers les îles lointaines qui n’ont rien entendu de ma renommée, qui n’ont pas vu ma gloire ; ma gloire, ces rescapés l’annonceront parmi les nations. Et, de toutes les nations, ils ramèneront tous vos frères, en offrande au Seigneur, sur des chevaux et des chariots, en litière, à dos de mulets et de dromadaires, jusqu’à ma montagne sainte, à Jérusalem, – dit le Seigneur. On les portera comme l’offrande qu’apportent les fils d’Israël, dans des vases purs, à la maison du Seigneur. Je prendrai même des prêtres et des lévites parmi eux,
Psaume Responsorial: 116
R/. Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile.
Louez le Seigneur, tous les peuples ; fêtez-le, tous les pays !

Son amour envers nous s’est montré le plus fort ; éternelle est la fidélité du Seigneur !
Deuixème Lecture (He 12,5-7.11-13): Frères, vous avez oublié cette parole de réconfort, qui vous est adressée comme à des fils : Mon fils, ne néglige pas les leçons du Seigneur, ne te décourage pas quand il te fait des reproches. Quand le Seigneur aime quelqu’un, il lui donne de bonnes leçons ; il corrige tous ceux qu’il accueille comme ses fils. Ce que vous endurez est une leçon. Dieu se comporte envers vous comme envers des fils ; et quel est le fils auquel son père ne donne pas des leçons ? Quand on vient de recevoir une leçon, on n’éprouve pas de la joie mais plutôt de la tristesse. Mais plus tard, quand on s’est repris grâce à la leçon, celle-ci produit un fruit de paix et de justice. C’est pourquoi, redressez les mains inertes et les genoux qui fléchissent, et rendez droits pour vos pieds les sentiers tortueux. Ainsi, celui qui boite ne se fera pas d’entorse ; bien plus, il sera guéri.
Verset avant l'Évangile (Jn 14,6): Alléluia. Alléluia. Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie, dit le Seigneur ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. Alléluia.

Texte de l'Évangile (Lc 13,22-30): Dans sa marche vers Jérusalem, Jésus passait par les villes et les villages en enseignant. Quelqu'un lui demanda: «Seigneur, n'y aura-t-il que peu de gens à être sauvés?». Jésus leur dit: «Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas. Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, si vous, du dehors, vous vous mettez à frapper à la porte, en disant: ‘Seigneur, ouvre-nous’, il vous répondra: ‘Je ne sais pas d'où vous êtes’. Alors vous vous mettrez à dire: ‘Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné sur nos places’. Il vous répondra: ‘Je ne sais pas d'où vous êtes. Éloignez-vous de moi, vous tous qui faites le mal’. Il y aura des pleurs et des grincements de dents quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors. Alors on viendra de l'orient et de l'occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu. Oui, il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers».

«Seigneur, n'y aura-t-il que peu de gens à être sauvés?»

Abbé Pedro IGLESIAS Martínez
(Rubí, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, l'Évangile nous place tous devant le thème du salut des âmes. Ceci est le noyau du message du Christ et la “loi suprême de l'Église” (ainsi le confirme même le Code du Droit Canonique). Le salut de l'âme est une réalité en tant que don de Dieu, mais pour ceux de nous qui n'avons pas encore franchi la frontière de l'Au-delà, ce n'est qu'une possibilité. Nous sauver ou nous condamner! C'est-à-dire, accepter ou rejeter l'offre de l'amour de Dieu pour toute l'éternité.

Disait saint Augustin: «Il devint digne de la damnation éternelle celui qui annihila en lui-même le bien qui eût pu être éternel». Dans cette vie il n'y a que deux possibilités: ou Dieu ou le néant, car sans Dieu plus rien n'a de sens dans le monde. La vie, la mort, l'allégresse, la souffrance, l'amour, etc., ainsi considérés, ne sont que des concepts dépourvus de logique, lorsqu'ils ne participent pas de l'être de Dieu. Quand l'homme a péché, il fuit le regard du Créateur et le centre sur lui-même. Dieu regarde sans cesse le pécheur avec amour, et pour ne pas obliger sa liberté, Il attend un geste minime de volonté de retour.

«Seigneur, n'y aura-t-il que peu de gens à être sauvés?» (Lc 13,23). Mais le Christ ne répond pas à cette interpellation. Or, la question est restée sans réponse tout comme elle y reste encore aujourd'hui, car «c'est un mystère inscrutable entre la sainteté de Dieu et la conscience de l'homme. Le silence de l'Église est, donc, la seule position convenable du Chrétien» (Jean Paul II). L'Église ne se prononce pas sur ceux qui habitent l'enfer, mais —en s'appuyant sur les paroles de Jésus-Christ— elle le fait sur leur existence et la réalité qu'au Jugement Dernier il y aura de damnés. Et tout homme qui rejet cela, soit ecclésiastique ou laïque, il tombe tout simplement dans l'hérésie.

Nous sommes libres pour tourner le regard de notre âme vers le Sauveur, et nous sommes aussi libres pour nous entêter à le rejeter. La mort pétrifiera cette option de notre âme pour l'éternité...