Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Jour liturgique : 1 mai: S. Joseph, travailleur

Texte de l'Évangile (Mt 13,54-58): Il alla dans son pays, et il enseignait les gens dans leur synagogue, de telle manière qu'ils étaient frappés d'étonnement et disaient: «D'où lui viennent cette sagesse et ces miracles? N'est-il pas le fils du charpentier? Sa mère ne s'appelle-t-elle pas Marie, et ses frères: Jacques, Joseph, Simon et Jude? Et ses soeurs ne sont-elles pas toutes chez nous? Alors, d'où lui vient tout cela?». Et ils étaient profondément choqués à cause de lui. Jésus leur dit: «Un prophète n'est méprisé que dans sa patrie et dans sa propre maison». Et il ne fit pas beaucoup de miracles à cet endroit-là, à cause de leur manque de foi.

Commentaire: Abbé Xavier PARÉS i Saltor (La Seu d'Urgell, Lleida, Espagne)

D'où lui vient tout cela?

Aujourd'hui nous célébrons la fête de saint Joseph ouvrier. C'est un jour de fête pour se reposer du travail quotidien, et nous célébrons la Fête du Travail. Les travailleurs et leurs syndicats ont l'habitude de profiter ce jour pour faire ses revendications dans une défense de leurs droits. L'Église nous propose, aujourd'hui, l'exemple de saint Joseph, le charpentier de Nazareth, qui a été un modèle de travail pour soutenir sa famille et pour développer son métier. C'est la forme normale de vivre dans ce monde, en gagnant le pain de chaque jour avec la sueur de notre travail. Les droits de l'homme nous disent que toute personne a le droit à un travail digne et bien rémunéré. Il est ainsi que nous nous acquittons de nos devoirs et nous gagnons le salaire auquel nous avons droit. Saint Ambroise dit que "c'est un homicide refuser à un homme le salaire dont-il a besoin pour vivre". Aujourd'hui, l'Église prie pour le monde du travail, pour que tout travailleur puisse accomplir ses devoirs et vivre avec dignité

Le même Évangile nous présente Jésus comme "fils du charpentier" (Mt 13,56), dans son village de Nazareth où il a été élevé et où il a vécu la plupart des années de sa vie terrestre. Malgré tout, les gens de Nazareth ne sont pas arrivés à connaître la personne de Jésus. On croyait qu'ils le connaissaient, mais ils ne savaient rien de Lui. Par cela, ils ne pouvaient pas s'expliquer d'où lui venaient la sagesse et le pouvoir de faire des miracles.

Et nous, les chrétiens: connaissons-nous Jésus ? Nous sommes aussi de son peuple, du peuple de Dieu, de l'Église, et il pourrait nous arriver comme aux habitants de Nazareth, qui ne le connaissaient pas suffisamment. Si de n'importe qui nous pouvons apprendre des choses positives et bonnes, beaucoup plus nous pouvons apprendre de Jésus de Nazareth. En écoutant l'Évangile de chaque jour c'est la manière comme nous connaissons et apprenons beaucoup de choses bonnes de Jésus. C’est ainsi que nous enrichissons notre vie et notre foi. Demandons-le à saint Joseph, qui si bien a su prendre soin et aimer Jésus.