Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 29e Semaine: Dimanche (C)

Première Lecture (Ex 17,8-13): En ces jours-là, le peuple d’Israël marchait à travers le désert. Les Amalécites survinrent et attaquèrent Israël à Rephidim. Moïse dit alors à Josué : « Choisis des hommes, et va combattre les Amalécites. Moi, demain, je me tiendrai sur le sommet de la colline, le bâton de Dieu à la main. » Josué fit ce que Moïse avait dit : il mena le combat contre les Amalécites. Moïse, Aaron et Hour étaient montés au sommet de la colline. Quand Moïse tenait la main levée, Israël était le plus fort. Quand il la laissait retomber, Amalec était le plus fort. Mais les mains de Moïse s’alourdissaient ; on prit une pierre, on la plaça derrière lui, et il s’assit dessus. Aaron et Hour lui soutenaient les mains, l’un d’un côté, l’autre de l’autre. Ainsi les mains de Moïse restèrent fermes jusqu’au coucher du soleil. Et Josué triompha des Amalécites au fil de l’épée.
Psaume Responsorial: 120
R/. Le secours me viendra du Seigneur qui a fait le ciel et la terre.
Je lève les yeux vers les montagnes : d’où le secours me viendra-t-il ? Le secours me viendra du Seigneur qui a fait le ciel et la terre.

Qu’il empêche ton pied de glisser, qu’il ne dorme pas, ton gardien. Non, il ne dort pas, ne sommeille pas, le gardien d’Israël.

Le Seigneur, ton gardien, le Seigneur, ton ombrage, se tient près de toi. Le soleil, pendant le jour, ne pourra te frapper, ni la lune, durant la nuit.

Le Seigneur te gardera de tout mal, il gardera ta vie. Le Seigneur te gardera, au départ et au retour, maintenant, à jamais.
Deuixème Lecture (2Tm 3,14—4,2): Bien-aimé, demeure ferme dans ce que tu as appris : de cela tu as acquis la certitude, sachant bien de qui tu l’as appris. Depuis ton plus jeune âge, tu connais les Saintes Écritures : elles ont le pouvoir de te communiquer la sagesse, en vue du salut par la foi que nous avons en Jésus Christ. Toute l’Écriture est inspirée par Dieu ; elle est utile pour enseigner, dénoncer le mal, redresser, éduquer dans la justice ; grâce à elle, l’homme de Dieu sera accompli, équipé pour faire toute sorte de bien. Devant Dieu, et devant le Christ Jésus qui va juger les vivants et les morts, je t’en conjure, au nom de sa Manifestation et de son Règne : proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage, toujours avec patience et souci d’instruire.
Verset avant l'Évangile (He 4,12): Alléluia. Alléluia. Elle est vivante, efficace, la parole de Dieu ; elle juge des intentions et des pensées du cœur. Alléluia.

Texte de l'Évangile (Lc 18,1-8): Jésus dit encore une parabole pour montrer à ses disciples qu'il faut toujours prier sans se décourager: «Il y avait dans une ville un juge qui ne respectait pas Dieu et se moquait des hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander: ‘Rends-moi justice contre mon adversaire’. Longtemps il refusa; puis il se dit: ‘Je ne respecte pas Dieu, et je me moque des hommes, mais cette femme commence à m'ennuyer: je vais lui rendre justice pour qu'elle ne vienne plus sans cesse me casser la tête’».

Le Seigneur ajouta: «Écoutez bien ce que dit ce juge sans justice! Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit? Est-ce qu'il les fait attendre? Je vous le déclare: sans tarder, il leur fera justice. Mais le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre?».

«Il faut toujours prier sans se décourager»

Abbé Pere CALMELL i Turet
(Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, Jésus nous rappelle «qu'il faut toujours prier sans se décourager» (Lc 18,1). Il nous l'apprend par ses ouvres et par ses paroles. Saint Luc nous apparaît comme l'évangéliste de la prière de Jésus. En effet, dans quelques unes des scènes de la vie du Seigneur qui nous ont été transmises par les auteurs des Saintes Écritures, seul les textes de Luc nous montrent le Seigneur priant.

Dans le Baptême du Jourdain, dans l'élection des Douze et dans la Transfiguration. Lorsqu'un disciple lui demanda «Seigneur, apprends-nous à prier» (Lc 11,1), de Ses lèvres jaillit le Notre Père. Lorsqu'Il annonce les négations de Pierre: «Mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne sombre pas» (Lc 22,32). Dans la crucifixion: «Père, pardonne-leur: ils ne savent pas ce qu'ils font» (Lc 23,34). Quand Il meurt sur la Croix: «Père, en tes mains je remets mon esprit», du Psaume 31. Le Seigneur lui-même est le modèle de la prière de pétition, spécialement à Gethsémani, d'après la description de tous les évangélistes.

Je peux essayer de concrétiser comment faire en sorte d'élever mon cœur à Dieu dans les différentes activités, car c'est n'est pas le même un travail intellectuel qu'un travail manuel; se trouver à l'église, dans un stade sportif ou à la maison; conduire par la ville ou par l'autoroute; c'est n'es pas la même chose la prière de pétition que le remerciement; l'adoration ou demander pardon; de bonne heure que lorsque nous avons à supporter la fatigue accumulée du jour. Saint Josemaria Escrivá nous donne une formule pour la prière de pétition: «Celui-là obtient davantage qui insiste de plus près... Alors, tiens-toi plus près de Dieu: efforce-toi d'être saint».

La Vierge Marie est une modèle de prière, et aussi de pétition. À Cana, en Galilée, elle fut à même d'avancer l'heure de Jésus, l'heure des miracles. Avec sa pétition, pleine d'amour pour ces époux et de confiance en son Fils.