Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Méditons l’Évangile d’aujourd’hui

L'Évangile d'aujourd'hui + homélie (de 300 mots)

28 Janvier: Saint Thomas d'Aquin, frère prêcheur, docteur de l'Eglise

Télécharger
Texte de l'Évangile (Mt 23,8-12): «Vous, ne vous faites pas appeler Rabbi; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères. Et n'appelez personne sur la terre votre père; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. Ne vous faites pas appeler directeurs; car un seul est votre Directeur, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Quiconque s'élèvera sera abaissé, et quiconque s'abaissera sera élevé».

«Quiconque s'abaissera sera élevé»

+ Abbé Pere SUÑER i Puig SJ (Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui nous faisons mémoire de saint Thomas d’Aquin (1225-1274), membre de l’Ordre des Prêcheurs, prêtre et Docteur de l’Église. Il dédia toute sa vie à l’étude et à l’enseignement de la théologie catholique, conscient de ce qu’il rendait ainsi service à la foi, à l’Église et à l’humanité.

Un service à la foi: la théologie ne consiste pas à inventer la foi, pas même seulement à l’interpréter à notre goût. Le théologien part de la foi de l’Église et s’efforce de la comprendre dans son sens authentique qui, une fois atteint, permet de la réconcilier avec la science et la culture de l’époque, sans la déformer. En agissant ainsi, le théologien rend un grand service à l’humanité, puisqu’il lui facilite un accès mûr et profitable à la parole de Dieu; mieux: à la "Parole de Dieu", qui est Jésus-Christ, salut de l’homme. Saint Thomas l’a parfaitement compris et mis en pratique. Qu’ils lui vont bien ces mots que nous lisons dans l’Évangile de sa fête: «Un seul est votre Directeur, le Christ» (Mt 23,10).

Ce ne fut pas toujours facile. Il dût lutter contre ceux qui mettaient la philosophie grecque -qui était alors une nouveauté éclatante- avant la foi. Thomas ne subordonna jamais la foi à Aristote, mais Aristote à la foi. Son obéissance à la Hiérarchie fut totale et héroïque; il lui donna sa vie, puisqu’il mourut en se rendant, malade, au second Concile de Lyon, sur l’ordre du Pape.

Il fut aussi conscient de ce que son œuvre théologique rendait service non seulement aux savants, mais aussi aux gens simples. Dans le prologue de sa fameuse Somme théologique, il écrit: «Mon intention est de traiter de la religion chrétienne de façon accessible aux débutants».

L’Évangile de sa fête finit par ces mots: «Quiconque s'abaissera sera élevé» (Mt 23,12). Thomas d’Aquin s’abaissa en se soumettant à Dieu, à l’Église et aux nécessités des hommes; il mérite par conséquent d’être élevé. C’est ce que nous faisons en célébrant son souvenir.