Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : 29 avril : Sainte Catherine de Sienne, vierge et docteur de l'Église, patronne de l’Europe

Première Lecture (1Jn 1, 5-2, 2): Bien-aimés, tel est le message que nous avons entendu de Jésus Christ et que nous vous annonçons : Dieu est lumière ; en lui, il n’y a pas de ténèbres. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, alors que nous marchons dans les ténèbres, nous sommes des menteurs, nous ne faisons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché. Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes, et la vérité n’est pas en nous. Si nous reconnaissons nos péchés, lui qui est fidèle et juste va jusqu’à pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice. Si nous disons que nous sommes sans péché, nous faisons de lui un menteur, et sa parole n’est pas en nous.

Mes petits enfants, je vous écris cela pour que vous évitiez le péché. Mais si l’un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père : Jésus Christ, le Juste. C’est lui qui, par son sacrifice, obtient le pardon de nos péchés, non seulement les nôtres, mais encore ceux du monde entier.
Psaume Responsorial: 102
R/. Bénis le Seigneur, ô mon âme !
Bénis le Seigneur, ô mon âme, bénis son nom très saint, tout mon être ! Bénis le Seigneur, ô mon âme, n’oublie aucun de ses bienfaits !

Car il pardonne toutes tes offenses et te guérit de toute maladie ; il réclame ta vie à la tombe et te couronne d’amour et de tendresse.

Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’amour ; il n’est pas pour toujours en procès, ne maintient pas sans fin ses reproches.

Comme la tendresse du père pour ses fils, la tendresse du Seigneur pour qui le craint ! Il sait de quoi nous sommes pétris, il se souvient que nous sommes poussière.

Mais l’amour du Seigneur, sur ceux qui le craignent, est de toujours à toujours, et sa justice pour les enfants de leurs enfants, pour ceux qui gardent son alliance.
Verset avant l'Évangile (Mt 11,25): Alléluia. Tu es béni, Père, Seigneur du ciel et de la terre, tu as révélé aux tout-petits les mystères du Royaume. Alléluia.

Texte de l'Évangile (Mt 11,25-30): En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

«Tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits»

Abbé Antoni CAROL i Hostench
(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, l’Eglise fête avec joie et avec reconnaissance Sainte Catherine de Sienne (1347-1380). Dans la joie, car en elle les paroles du Christ sont devenues réalité: “tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et tu les as révélées aux petits enfants” (Mt 11, 25). C’est une forte impression que nous cause le degré de maturité intérieure et l’union amoureuse en Jésus-Christ - jusqu’aux épousailles mystiques mêmes- d’une fille aussi jeune comme Catherine.

Dieu même porte dans son “ADN” la simplicité et la discrétion. Ainsi avaient été les actes du Messie: il est né dans une étable et ressuscita sans aucun triomphalisme. Il était le Roi annoncé et attendu depuis les temps de David, seulement sa couronne royale était faite d’épines et son trône était la Croix. Lors d’une de ses visions mystiques, Catherine vit que Jésus lui présentait deux couronnes, l’une en or, l’autre d’épines. Elle répondit que son repos résidait dans la douleur du Seigneur et choisit la couronne d’épines… “Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos” (Mt 11,28): Catherine s’appuie et repose dans la souffrance du Christ; Jésus s’appuie et repose dans la simplicité de la jeune sainte.

Catherine, connaît bien son Aimé, elle avait une conscience vive et fine de la grandeur de l’homme, car Dieu lui-même est épris de chacun d’entre nous. “Quelle raison T’a fait constituer l’homme en si grande dignité? L’amour inestimable par lequel Tu as regardé en Toi-même Ta créature, et Tu T’es épris d’elle; car c’est par amour que Tu l’as créée, c’est par amour que Tu lui as donné un être capable de goûter Ton Bien éternel”.

Enfin, l’Eglise porte une immense reconnaissance envers l’œuvre conciliante de Catherine; car en ces temps-là, l’Eglise traversa une sombre période de divisions internes et externes. La plus regrettable fût “l’exil d’Avignon”, où depuis 1305 pas moins de sept papes s’y étaient succédés. Les prières et les démarches de Sainte Catherine - et d’autres personnalités, comme Sainte Brigitte- parvinrent à obtenir le retour du Pape Urbain V à la Ville Eternelle en 1367. Grâces leur soient rendues à toutes ces saintes femmes qui ont tant fait - et très souvent bien plus que ce que nous savons- pour l’Eglise!