Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : 11 Octobre: Saint Jean XXIII, pape

Texte de l'Évangile (Lc 10,25-37): Et voici qu’un docteur de la Loi se leva et mit Jésus à l’épreuve en disant : « Maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? » Jésus lui demanda : « Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit ? Et comment lis-tu ? » L’autre répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ton intelligence, et ton prochain comme toi-même. » Jésus lui dit : « Tu as répondu correctement. Fais ainsi et tu vivras. »

Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : « Et qui est mon prochain ? » Jésus reprit la parole : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l’avoir dépouillé et roué de coups, s’en allèrent, le laissant à moitié mort. Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l’autre côté. De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l’autre côté. Mais un Samaritain, qui était en route, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de compassion. Il s’approcha, et pansa ses blessures en y versant de l’huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à l’aubergiste, en lui disant : “Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.”

Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme tombé aux mains des bandits ? » Le docteur de la Loi répondit : « Celui qui a fait preuve de pitié envers lui. » Jésus lui dit : « Va, et toi aussi, fais de même. »

«Et qui est mon prochain?»

Abbé Josep Mª MASSANA i Mola OFM
(Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, nous célébrons la fête de saint Jean XXIII, qui était dans l'Ordre Franciscain Séculier (OFS) depuis ses 14 ans. Sa vie fut un long parcours après la simplicité de sa famille paysanne : études au séminaire, prêtre, secrétaire de l'évêque, directeur spirituel et professeur des séminaristes en Histoire de l'Eglise, diplomate, cardinal, nonce de Pie XII en France, Pape initiateur du Concile Vatican II.

Tout au long de ce chemin, il fut surtout un berger conformément au cœur de Dieu, de ceux qui sentent le mouton, selon l'expression créée par le pape François ; il faisait partie de ceux qui "ne faisaient pas de détour" (cf. Lc 10,31.32), comme raconte l'Evangile d'aujourd'hui, en voyant l'homme battu par les bandits, abandonné sur le côté et dans le fossé de l'humanité. Jean XXIII est de ces bergers qui se mettent au service de ceux qui vivent dans les banlieues, selon une autre expression heureuse du Pape.

Jésus fait aujourd'hui une dure critique des gens d'Eglise – prêtre, lévite – qui ne dévient pas de leur chemin pour s'approcher des malheureux, parce qu'ils sont convaincus qu'ils accomplissent déjà leur devoir dans le temple, qu'avec cela ils en font assez et qu'ils n'ont pas besoin de se préoccuper des autres.

D'un autre côté, avec la parabole du bon samaritain, Jésus expose bien qui est vraiment le "prochain" de son frère. Si nous nous approchons de celui qui est loin, qui est indifférent, nous sommes déjà le "prochain". Jésus fait l'éloge de ceux qui savent s'approcher et se rapprocher des autres. Nous avons un modèle excellent avec la personne de saint Jean XXIII. Il voyait ces frères mis de côté non pas comme des pestiférés, mais, simplement, comme des frères. Il disait toujours : "Approchons-nous, connaissons-nous, aimons-nous et nous répondrons à la prière de Jésus : qu'ils soient tous un".

Il est certain que pendant que nous méditons sur l'Evangile de cette fête Jésus nous dit aussi « Va, et toi aussi, fais de même. » (Lc 10,37).