Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : 4e Dimanche (A) de Temps de l'Avent

Première Lecture (Is 7,10-16): En ces jours-là, le Seigneur parla ainsi au roi Acaz : « Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu, au fond du séjour des morts ou sur les sommets, là-haut. » Acaz répondit : « Non, je n’en demanderai pas, je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve. » Isaïe dit alors : « Écoutez, maison de David ! Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes : il faut encore que vous fatiguiez mon Dieu ! C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils, qu’elle appellera Emmanuel (c’est-à-dire : Dieu-avec-nous). De crème et de miel il se nourrira, jusqu’à ce qu’il sache rejeter le mal et choisir le bien. Avant que cet enfant sache rejeter le mal et choisir le bien, la terre dont les deux rois te font trembler sera laissée à l’abandon. »
Psaume Responsorial: 23
R/. Qu’il vienne, le Seigneur : c’est lui, le roi de gloire !
Au Seigneur, le monde et sa richesse, la terre et tous ses habitants ! C’est lui qui l’a fondée sur les mers et la garde inébranlable sur les flots.

Qui peut gravir la montagne du Seigneur et se tenir dans le lieu saint ? L’homme au cœur pur, aux mains innocentes, qui ne livre pas son âme aux idoles.

Il obtient, du Seigneur, la bénédiction, et de Dieu son Sauveur, la justice. Voici le peuple de ceux qui le cherchent ! Voici Jacob qui recherche ta face !
Deuixème Lecture (Rm 1,1-7): Paul, serviteur du Christ Jésus, appelé à être Apôtre, mis à part pour l’Évangile de Dieu, à tous les bien-aimés de Dieu qui sont à Rome. Cet Évangile, que Dieu avait promis d’avance par ses prophètes dans les saintes Écritures, concerne son Fils qui, selon la chair, est né de la descendance de David et, selon l’Esprit de sainteté, a été établi dans sa puissance de Fils de Dieu par sa résurrection d’entre les morts, lui, Jésus Christ, notre Seigneur. Pour que son nom soit reconnu, nous avons reçu par lui grâce et mission d’Apôtre, afin d’amener à l’obéissance de la foi toutes les nations païennes, dont vous faites partie, vous aussi que Jésus Christ a appelés. À vous qui êtes appelés à être saints, la grâce et la paix de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ.
Verset avant l'Évangile (Mt 1,23): Alléluia. Alléluia. Voici que la Vierge concevra : elle enfantera un fils, on l’appellera Emmanuel, « Dieu-avec-nous ». Alléluia.

Texte de l'Évangile (Mt 1,18-24): Voici quelle fut l'origine de Jésus Christ. Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement; il décida de la répudier en secret.

Il avait formé ce projet, lorsque l'ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit: «Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse: l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint; elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c'est-à-dire: Le-Seigneur-sauve), car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés».

Tout cela arriva pour que s'accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète: «Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d'Emmanuel, qui se traduit: ‘Dieu-avec-nous’». Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l'ange du Seigneur lui avait prescrit: il prit chez lui son épouse.

«Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l'ange du Seigneur lui avait prescrit»

+ Abbé Pere GRAU i Andreu
(Les Planes, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui la liturgie nous invite à réfléchir et à admirer la personne de Saint Joseph, un homme vraiment bon. On dit de Marie qu'elle était bénie entre toutes les femmes (cf. Lc 1,42). Sur Joseph on a écrit que c'était un juste (cf. Mt 1,19).

On doit tous à Dieu le Père, le Créateur, notre identité individuelle en tant que personnes façonnées à son image et ressemblance, dotés d'une liberté réelle et radicale. Et en réponse à ce don de liberté nous pouvons l'utiliser soit pour rendre gloire à Dieu comme il se doit, soit pour devenir quelque chose de déplaisant et de désagréable à ses yeux.

Soyons assurés que Joseph, par son travail, son engagement à son milieu familial et social a captivé le "Cœur" du Créateur, qui l'a considéré comme son homme de confiance pour collaborer dans la mission de rédemption de l'humanité par son Fils qui s'est fait homme comme nous.

Prenons donc exemple sur la loyauté de Joseph —prouvée depuis le début— et de son dévouement tout au long de sa vie —étroitement— unie à celle de Marie et de Jésus.

Nous avons fait de lui le patron et l'intercesseur de tous les pères de famille, biologiques ou non, qui doivent aider leurs enfants afin qu'ils puissent répondre à Dieu de la même façon que Joseph l'a fait. Nous l'avons fait patron de l'Eglise, en tant qu'entité liée à son Fils, et nous continuons à entendre les paroles de Marie quand elle retrouve son Fils Jésus qui s'était "perdu" dans le Temple: «Ton père et moi…» (Lc 2,48).

C'est ainsi qu'avec Marie notre Mère, nous découvrons Joseph en tant que Père. Sainte Thérèse de Jésus a écrit: «J'ai pris comme avocat et patron le glorieux Saint Joseph en me confiant beaucoup à lui (…). Jusqu'à maintenant, je ne me rappelle pas lui avoir demandé quelque chose qu'il ne m'ait pas accordé».

Il est un Père spécialement pour tous ceux qui ont entendu l'appel du Seigneur au ministère du sacerdoce, place que Jésus lui-même nous cède pour guider son Eglise. —Glorieux Saint Joseph!: protège nos familles, protège nos communautés, protège tous ceux qui ont répondu à l'appel de la vocation sacerdotale... et espérons qu'ils soient nombreux.