Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : 26 Juin: Saint Josémaria, prêtre

Texte de l'Évangile (Lc 5,1-11): Or, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth. Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules. Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. » Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. » Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient.

A cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. » En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. » Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.

«Jetez vos filets pour la pêche»

Abbé Antoni CAROL i Hostench
(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, la fête de Saint Josémaria nous rappelle la "bonne nouvelle" que tous – sans exception – nous sommes appelés à la sainteté au milieu du monde. Ce n'est pas en vain que Jean-Paul II a qualifié le personnage de Saint Josémaria – le jour de sa canonisation – de "saint de la vie ordinaire".

Si d'autres auteurs (Saint François de Sales, par exemple) avaient déjà insinué que la sainteté était aussi un appel divin dirigé aux fidèles laïcs de l'Église, le message de Saint Josémaria a cependant été prophétique au XXème siècle. En effet, le Concile Vatican II a pris un "tournant copernicien" dans l'auto-compréhension de l'Église : elle n'est pas essentiellement une élite hiérarchique, mais le "Peuple de Dieu", représenté par cette barque de pêcheurs avec laquelle Jésus sillonnait la mer fréquemment. Et c'est de là-bas, depuis cette barque de travailleurs dont la profession était pêcheur, qu'il les appela à la sainteté ("pêcheurs d'hommes") sans avoir besoin d'abandonner la mer et les filets.

"Eloigne-toi de moi Seigneur car je suis un pécheur (…). – N'aie pas peur. A partir de maintenant tu seras un pêcheur d'hommes" (Lc 5,8.10). Heureuse coïncidence sémantique : "pécheur" et "pêcheur" ne diffèrent que d'un accent. La barque, les filets, la mer… ne sont pas des obstacles à la sainteté : bien au contraire, il s'agit de l'environnement de la sainteté pour la plupart des disciples du Christ. Selon les paroles de Saint Josémaria, "Ce qui t'émerveille me paraît simplement raisonnable". Dieu est venu te chercher pendant l'exercice de ta profession ? Et alors, c'est comme ça qu'il est allé chercher les premiers : Pierre, André, Jean et Saint Jacques, près de leurs filets : Mathieu, assis sur le banc des percepteurs… Et tu vas être étonné : Paul alors qu'il voulait en finir avec la graine des chrétiens".

Il est vrai qu'eux "ont tout laissé et l'ont suivi" (Lc 5,11) mais il est aussi vrai qu'il n'ont pas cessé d'être ce qu'ils étaient : des travailleurs ! La demande du Seigneur "jetez vos filets pour pêcher" (Lc 5,4) est toujours en vigueur.