Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : 31 Août : Saint Raymond Nonnat, religieux

Texte de l'Évangile (Mt 25,31-40): « Lorsque le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s'assiéra sur le trône de sa gloire. Toutes les nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d'avec les autres, comme le berger sépare les brebis d'avec les boucs; et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche.

» Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite: ‘Venez, vous qui êtes bénis de mon Père; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli; j'étais nu, et vous m'avez vêtu; j'étais malade, et vous m'avez visité; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi’.

» Les justes lui répondront: ‘Seigneur, quand t'avons-nous vu avoir faim, et t'avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t'avons-nous donné à boire? Quand t'avons-nous vu étranger, et t'avons-nous recueilli; ou nu, et t'avons-nous vêtu? Quand t'avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi?’. Et le roi leur répondra: ‘Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites».

«Toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites»

Abbé Antoni CAROL i Hostench
(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui nous nous souvenons d'un saint dont la naissance nous interpelle tous. Il s'agit de Saint Raymond Nonnat (1204 – 1240). La tradition, en effet, l'appelle ainsi : "nonnat" (c'est-à-dire, non né), parce qu'il a été extrait du corps de sa mère – décédée la veille – en utilisant une arme coupante (l'équivalent d'une césarienne). En réalité, du point de vue spirituel, nous sommes tous des "non nés" jusqu'à ce que nous recevions le baptême, le sacrement de la "ré-génération".

Les circonstances particulières de ce saint nous surprennent mais il y a, de nos jours, beaucoup de "non nés". Et c'est sans mentionner la plaie de l'avortement : combien de non nés ! Des milliers, chaque année ! (un seul serait déjà trop). En définitive, c'est un problème qui nous dépasse. Que Dieu prenne pitié de nous ! et nous le remettons entre ses mains car "toutes les nations seront rassemblées devant Lui et Il les séparera" (Mt 25,32), c'est-à-dire, qu'Il discernera le cœur de chacun.

Quand il était tout jeune, à 21 ans, Raymond a entendu parler de Pierre Nolasque, le fondateur de l'Ordre de Notre-Dame de la Merci et il a intégré cette congrégation. Les membres de cet Ordre avaient pour mission de libérer les chrétiens prisonniers des musulmans. Saint Raymond voyagea en Afrique où il se consacra à prêcher, consoler, soigner, accompagner les prisonniers des pirates barbaresques, y compris en s'offrant comme prisonnier pour la libération de certains d'entre eux. On peut très bien appliquer au saint d'aujourd'hui les paroles de Jésus lorsqu'Il disait : "J'étais étranger, et tu m'as accueilli… malade et tu m'as rendu visite ; en prison et tu es venu me voir" (Mt 25,35-36).

Tout ceci pourrait nous sembler être quelque chose de dépassé. Mais, dans nos "banlieues" ? Ne sommes-nous pas entourés de prisonniers d'une autre sorte ? Des malades, "rejetés", des esclaves dépendants de drogues… Non, ce ne sont pas des choses du passé. "Vous aurez toujours des pauvres parmi vous" (Jn 12,8). El le Seigneur ressuscité est présent parmi nous, de telle sorte qu'Il pourra nous dire à nous aussi : "Ce que vous avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait" (Mt 24,40).