Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps du Carême - 1er dimanche (C)

Première Lecture (Dt 26,4-10): Moïse disait au peuple : Lorsque tu présenteras les prémices de tes récoltes, le prêtre recevra de tes mains la corbeille et la déposera devant l’autel du Seigneur ton Dieu. Tu prononceras ces paroles devant le Seigneur ton Dieu : « Mon père était un Araméen nomade, qui descendit en Égypte : il y vécut en immigré avec son petit clan. C’est là qu’il est devenu une grande nation, puissante et nombreuse. Les Égyptiens nous ont maltraités, et réduits à la pauvreté ; ils nous ont imposé un dur esclavage. Nous avons crié vers le Seigneur, le Dieu de nos pères. Il a entendu notre voix, il a vu que nous étions dans la misère, la peine et l’oppression. Le Seigneur nous a fait sortir d’Égypte à main forte et à bras étendu, par des actions terrifiantes, des signes et des prodiges. Il nous a conduits dans ce lieu et nous a donné ce pays, un pays ruisselant de lait et de miel. Et maintenant voici que j’apporte les prémices des fruits du sol que tu m’as donné, Seigneur. »
Psaume Responsorial: 90
R/. Sois avec moi, Seigneur, dans mon épreuve.
Quand je me tiens sous l’abri du Très-Haut et repose à l’ombre du Puissant, je dis au Seigneur : « Mon refuge, mon rempart, mon Dieu, dont je suis sûr ! »

Le malheur ne pourra te toucher, ni le danger, approcher de ta demeure : il donne mission à ses anges de te garder sur tous tes chemins.

Ils te porteront sur leurs mains pour que ton pied ne heurte les pierres ; tu marcheras sur la vipère et le scorpion, tu écraseras le lion et le Dragon.

« Puisqu’il s’attache à moi, je le délivre ; je le défends, car il connaît mon nom. Il m’appelle, et moi, je lui réponds ; je suis avec lui dans son épreuve. »
Deuixème Lecture (Rm 10,8-13): Frères, que dit l’Écriture ? Tout près de toi est la Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur. Cette Parole, c’est le message de la foi que nous proclamons. En effet, si de ta bouche, tu affirmes que Jésus est Seigneur, si, dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, alors tu seras sauvé. Car c’est avec le cœur que l’on croit pour devenir juste, c’est avec la bouche que l’on affirme sa foi pour parvenir au salut. En effet, l’Écriture dit : Quiconque met en lui sa foi ne connaîtra pas la honte. Ainsi, entre les Juifs et les païens, il n’y a pas de différence : tous ont le même Seigneur, généreux envers tous ceux qui l’invoquent. En effet, quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.
Verset avant l'Évangile (Mt 4,4): . L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.

Texte de l'Évangile (Lc 4,1-13): Jésus, rempli de l'Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain; il fut conduit par l'Esprit à travers le désert où, pendant quarante jours, il fut mis à l'épreuve par le démon. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim. Le démon lui dit alors: «Si tu es le Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain». Jésus répondit: «Il est écrit: ‘Ce n'est pas seulement de pain que l'homme doit vivre’».

Le démon l'emmena alors plus haut, et lui fit voir d'un seul regard tous les royaumes de la terre. Il lui dit: «Je te donnerai tout ce pouvoir, et la gloire de ces royaumes, car cela m'appartient et je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela». Jésus lui répondit: «Il est écrit: ‘Tu te prosterneras devant le Seigneur ton Dieu, et c'est lui seul que tu adoreras’».

Puis le démon le conduisit à Jérusalem, il le plaça au sommet du Temple et lui dit: «Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas; car il est écrit: ‘Il donnera pour toi à ses anges l'ordre de te garder’; et encore: ‘Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre’». Jésus répondit: «Il est dit: ‘Tu ne mettras pas à l'épreuve le Seigneur ton Dieu’». Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentations, le démon s'éloigna de Jésus jusqu'au moment fixé.

«Il fut conduit par l'Esprit à travers le désert où, pendant quarante jours, il fut mis à l'épreuve par le démon»

Abbé Josep LAPLANA OSB Moine de Montserrat
(Montserrat, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui Jésus «rempli de l'Esprit Saint» (Lc 4,1), pénètre dans le désert, loin des hommes, pour expérimenter d'une façon authentique et palpable sa dépendance absolue du Père. Jésus se sent assailli par la faim, et le Malin profite de ce moment de faiblesse pour le tenter afin de détruire le noyau même de son identité en tant que Fils de Dieu: son adhésion substantielle et inconditionnelle au Père. Avec nos yeux tournés vers le Christ, vainqueur du mal, nous nous sentons, aujourd'hui, encouragés à pénétrer dans le chemin du Carême. On est poussé par un désir d'authenticité: être pleinement ce que nous sommes: disciples de Jésus, et avec Lui, fils de Dieu. C'est pour cela que nous voulons approfondir notre attachement profond à Jésus et à son programme de vie qu'est l'Evangile: «Ce n'est pas seulement de pain que l'homme doit vivre» (Lc 4,4).

Comme Jésus dans le désert, armés de la connaissance des Ecritures, nous nous sentons appelés, dans notre société de consommation, à proclamer que l'homme est dessiné à l'échelle divine et qu'il ne peut rassasier sa faim de bonheur que s'il ouvre grand les portes de sa vie à Jésus Rédempteur de l'homme. Cela veut dire vaincre une multitude de tentations que n'ont pour but que de réduire notre vocation divine-humaine. Avec l'exemple et la force de Jésus tenté dans le désert, nous dénoncerons les mensonges exprimés systématiquement sur l'homme dans les médias et dans le milieu païen dans lequel nous vivons.

Saint Benoît dédie le chapitre 49 de sa Règle à “Comment vivre pendant le carême”, il exhorte les moines à «effacer pendant ces jours saints toutes les négligences du reste de l'année (...) faire un effort pour prier avec larmes, pour lire, pour avoir le coeur peiné d'avoir offensé Dieu, pour nous priver (...) offrir librement à Dieu et avec la joie de l'Esprit Saint quelque chose en plus (…) attendre la sainte fête de Pâques avec la joie du désir inspiré par l'Esprit de Dieu».