Notre site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur et nous recommandons d'accepter son utilisation pour profiter pleinement de la navigation

Une équipe de 200 prêtres commentent l'Évangile du jour

Voir d'autres jours:

Jour liturgique : Temps ordinaire - 2e Semaine: Dimanche (A)

Texte de l'Évangile (Jn 1,29-34): Le lendemain, comme Jean Baptiste voyait Jésus venir vers lui, il dit: «Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde; c'est de lui que j'ai dit: Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était. Je ne le connaissais pas; mais, si je suis venu baptiser dans l'eau, c'est pour qu'il soit manifesté au peuple d'Israël».

Alors Jean rendit ce témoignage: «J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui. Je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoyé baptiser dans l'eau m'a dit: ‘L'homme sur qui tu verras l'Esprit descendre et demeurer, c'est celui-là qui baptise dans l'Esprit Saint’. Oui, j'ai vu, et je rends ce témoignage: c'est lui le Fils de Dieu».

«Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde»

Abbé Joaquim FORTUNY i Vizcarro
(Cunit, Tarragona, Espagne)

Aujourd'hui, nous entendons Jean s'exclamer «Voici l'Agneau de Dieu qui enlève les péché du monde» (Jn 1,29) quand il voit Jésus. Qu'est-ce qu'ont dû penser ces gens? Et nous que comprenons-nous? Dans la célébration eucharistique nous prions tous «Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde prends pitié de nous/donne-nous la paix». Et le prêtre invite les fidèles à la communion en disant «Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde».

Soyons certains que lorsque Jean a dit «Voici l'Agneau de Dieu…» les gens ont tous compris exactement ce qu'il voulait dire, puisque "Agneau" est une métaphore à caractère messianique qu'avaient utilisé les prophètes, surtout Isaïe, et qui était bien connue de tout bon israélite.

Par ailleurs, l'agneau c'est le petit animal que les israélites offraient en sacrifice pour commémorer la Pâque, la libération de l'Égypte, le repas de Pâque consistait en un agneau.

Même les apôtres et les Pères de l'Église nous disent que l'Agneau est un symbole de pureté, de simplicité, de bonté, de mansuétude, d'innocence… et le Christ est la Pureté, la Simplicité, la Bonté, la Mansuétude, l'Innocence. Saint Pierre nous dit: «Vous avez été affranchis (...) mais par un sang précieux, celui de l'agneau sans défaut et sans tache, le sang du Christ» (1P 1,18.19). Saint Jean dans l'Apocalypse utilise le terme "l'Agneau" plus de trente fois pour désigner le Christ.

Le Christ est l'Agneau qui enlève le péché du monde, qui a été immolé pour que nous ayons la grâce. Combattons pour vivre toujours dans la grâce, luttons contre le péché, haïssons-le. La beauté d'une âme en grâce de Dieu est telle qu'aucun trésor ne peut l'égaler. Elle nous rend agréables aux yeux de Dieu et dignes d'être aimés. C'est pour cette raison que dans le Gloire à Dieu de la Messe on parle de la Paix qui est propre aux hommes qui aiment le Seigneur, ceux qui sont en état de grâce.

Jean Paul II nous urgeait à vivre dans la paix que l'Agneau a obtenue pour nous: «Engagez-vous à vivre en état de grâce. Jésus est né à Bethléem précisément pour cela (…), vivre en état de grâce est la dignité suprême, c'est la joie ineffable, c'est la garantie de paix, c'est un idéal merveilleux».